Ville de Méru : Le compte administratif 2009

Ville Ajouter un commentaire

Intervention de Hervé DE DEROY, Président du groupe « Méru Ensemble » lors du Conseil municipal du 29 mars 2010

Le compte administratif qui est présenté ce soir est la traduction comptable, pour l’année 2009, des choix budgétaires faits par cette municipalité.

Nous avons voté contre la prévision budgétaire, nous n’approuverons donc pas ce compte administratif puisqu’il est malheureusement le reflet de ce que nous avons dénoncé à l’époque : un budget qui tourne le dos aux intérêts fondamentaux de la ville et de ses habitants.

En cette période de crise, plus que jamais les méruviens auraient besoin d’un budget dynamique de soutien à l’activité locale et à l’emploi, en même temps qu’une offre de service solide et large, permettant de répondre à l’ensemble de leurs besoins.

Au lieu de cela, vous persistez M. le Maire dans votre entreprise de démolition du service public et de réduction des emplois locaux et les chiffres de ce compte administratif restent malheureusement fidèles à des pratiques répétées au fil des années.

Ainsi, lors de la présentation budgétaire 2009 nous avions souligné que globalement, les charges de personnel augmentaient de moins de 2% alors qu’une telle variation est déjà insuffisante pour absorber l’effet mécanique des évolutions de carrière des agents.

L’exécution budgétaire est encore plus radicale que cela puisque les charges de personnel connaissent finalement une diminution de 1,20% !

Et comme d’habitude, dans la gestion de la masse salariale, on constate un traitement différencié entre les agents titulaires et les agents non-titulaires : réduction de 4% pour les premiers, augmentation de plus de 4% pour les seconds : c’est encore et toujours l’accentuation de la casse du service public par la diminution des fonctionnaires pouvant faire carrière dans la collectivité et une précarisation toujours plus grande des emplois.

Autre caractéristique de l’exercice budgétaire, une diminution de l’ordre de 10% des charges à caractère général, résultant pour l’essentiel d’une diminution forte des crédits consommés au titre des contrats et prestations extérieures. C’est la première année que l’on enregistre pas une majoration de ces crédits, les choix municipaux consistant habituellement, en même temps qu’on supprime des postes d’agents communaux, à augmenter la masse des travaux ou prestations que l’on confie à l’entreprise privée ! Et bien en 2009, on a réduit les dépenses sur les deux ! Et dans le même temps, avec des salariés en moins et des prestations à l’entreprise réduites, vous osez prétendre que cela se fait à niveau constant de services offerts à la population. Mais il est vrai que nous sommes en début de mandat, et sans doute estimez-vous que la qualité de service due à la population peut bien attendre quelques années… C’est cela le clientélisme, ce n’est en tous cas pas comme cela que nous concevons la responsabilité municipale.

En ces temps de crise où la vie est rendue plus difficile encore pour bon nombre de nos concitoyens, les obligations des pouvoirs publics, au plan national comme au plan local, devraient être ressenties comme plus impérieuses que jamais.

Au lieu de cela, vous faites une gestion à l’économie, avec comme seul guide les bons ratios financiers que vous voulez atteindre : pour cela, vous comprimez les dépenses essentielles, sans vous soucier des effets sur la qualité de vie des méruviens. Vous nous parlez de la bonne santé financière de la ville, mais qu’en est-il de l’état de santé de Méru et de ses habitants, et c’est bien cela qui nous inquiète, c’est bien cela qui compte pour les méruviens.

Les équipements et les services ne sont pas au niveau de ce qui peut être attendu d’une ville de l’importance de Méru, et il ne suffit pas, comme vous le faites, de s’autoproclamer capitale du sud-ouest de l’Oise pour en avoir le statut et faire bénéficier la population des retombées.

C’est à vous qu’il appartient d’agir et de faire en sorte que l’on vive bien à Méru, à vous par exemple de mobiliser pleinement l’intercommunalité sur des enjeux de fonctionnement et d’investissement qui répondent mieux et plus vite aux besoins de la ville. Il est vrai qu’avec la suppression de la taxe professionnelle, de ce côté là aussi l’avenir devient bien incertain !

Le compte administratif 2009 est la traduction d’une politique budgétaire que nous ne partageons pas. Nous ne l’approuverons naturellement pas !

Laissez une réponse

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD