PRES D’UN MILLIER DE SIGNATURES POUR « SAUVONS L’HOPITAL DE MERU »

Communauté de Communes, Ville Ajouter un commentaire

« INDIGNONS-NOUS » ! :

C’est la réponse des habitants de MERU et son canton à l’annonce de  la fermeture du service Médecine de l’hôpital. Forts de ce soutien :

°  Nous avons transmis la pétition aux  autorités et aux services de l’Etat chargés de la mise en œuvre de la politique de santé dans notre région : Mrs les Préfets de l’Oise et de Picardie, Mrs les Directeurs des Agences Régionales de Santé de Picardie et d’Ile-de-France.

°  Nous attirons l’attention sur  l’insuffisance de l’offre de soins, et demandons un diagnostic des besoins prenant en compte l’arrivée des nouvelles familles chargées de jeunes enfants.

°  Nous exigeons des mesures capables de répondre à la demande de services de santé  actuelle et future de notre territoire.

« ENGAGEONS-NOUS » ! :

N’espérons  rien de l’attentisme qui caractérise l’attitude du maire de MERU.

Le bulletin municipal de février consacre deux pages à l’hôpital. Yves LEBLANC s’y exprime à la troisième personne pour présenter un  historique avantageux  de ses « combats », de sa « mobilisation de longue date »  de son espoir : « la fusion des hôpitaux de Méru et Beaumont ».  Président du Conseil d’Administration de l’hôpital de MERU, puis 1er Vice-Président  du Conseil de Surveillance du CHIPO, il a laissé fermer la Maternité en 2001,  la Chirurgie en 2008, et maintenant la Médecine. Piètres résultats.

La réalité est la suivante : M. LEBLANC  a « hérité » en 1996 d’un hôpital doté d’un plateau technique flambant neuf. Les menaces sur l’hôpital ne datent pas de son élection : mais, contrairement à lui, l’ancienne municipalité socialiste a su défendre les intérêts de la population, convaincre les autorités de dégager les moyens pour maintenir un hôpital à part entière à MERU. Cela s’appelle de la volonté politique.

Notre mobilisation l’a conduit à sortir de son mutisme  : Le 13 décembre , dès l’ouverture du conseil municipal, nous demandions la mise à l’ordre du jour de la question de la fermeture du service Médecine, demande refusée par le maire qui a renvoyé le débat en fin de conseil, malgré la présence des salarié(e)s du service dans la salle. Ce débat devant aboutir au vote d’une motion a failli ne pas se tenir : Mme LEBLANC, adjointe, s’indignant  qu’une personne présente dans le public filmait la séance (ceci est légal) a voulu partir accompagnée par quelques élus de sa majorité. Belle preuve d’intérêt et de respect pour un sujet aussi grave !

Mme LEBLANC craignait probablement la publication des échanges démontrant que la réaction tardive du Maire répondait  aux interpellations  de l’opposition socialiste, et non au démantèlement de l’hôpital.

M. LEBLANC pour témoigner de son efficacité s’appuie sur la tenue d’un FORUM SANTE organisé à MERU le 17 mars par le Conseil Régional de PICARDIE, pour établir un diagnostic. Le diagnostic n’apporte pas le remède : en dehors de quelques mesures d’accompagnement, les régions et les départements n’ont pas compétence en matière de santé publique, qui est de la responsabilité de l’Etat.

Au cas où ces collectivités engageraient ce type de dépenses entraînant une charge supplémentaire sur leurs budgets, nul doute que le maire de MERU en débat d’orientation budgétaire ne se gênerait pas pour affirmer, comme à son habitude, que les hausses d’impôts ne sont pas de son fait, mais de la responsabilité des socialistes à la tête de la Région et du Département !

Le Gouvernement soutenu par M. LEBLANC mène une politique qui, à terme, risque de transformer profondément la nature et les objectifs de notre système de santé et de financement des soins. L’Etat doit définir les objectifs et les moyens accordés à la politique de santé publique, à la performance des hôpitaux publics, seuls en mesure de garantir à tous l’accès à des soins de qualité.

Thérèse CHAPELOUX . Conseillère Municipale. Groupe MERU ENSEMBLE

Texte du courrier adressé, avec copie de la pétition  ( vos 900 premières signatures ) à Mrs les Préfets de l’Oise et de Picardie, Mrs les Directeurs des Agences Régionales de Santé de Picardie et d’Ile-de-France.

Monsieur le Préfet,

La disparition du service Médecine de l’hôpital de MERU a suscité une vive émotion dans notre ville. Les 900 signatures de notre pétition « SAUVONS L’HOPITAL DE MERU » en témoignent.

Cette fermeture intervenant après celles des services Maternité en 2001, et Chirurgie en 2008 – qui devaient n’être que provisoires -nourrit des inquiétudes sur le fonctionnement et le maintien des Urgences.

Les assurances données par la fusion avec l’hôpital de BEAUMONT en janvier 2000 n’ont pas tenu leurs promesses, du moins en ce qui concerne l’établissement de MERU.

Actuellement, l’offre de soins  ne répond pas aux besoins de la population de la ville et du canton : effectifs insuffisants de médecins généralistes et spécialistes, absence de garde la nuit et le samedi, situation aggravée par des départs à la retraite dont nous savons qu’ils ne seront  pas remplacés.

L’arrivée de nouveaux habitants dans les nombreux quartiers pavillonnaires, généralement des familles avec de jeunes enfants, accroît les attentes en matière de santé.

Nous vous adressons la motion que notre groupe a présentée au Conseil Municipal de MERU.

Nous croyons à la nécessité d’organiser une réunion de travail associant l’ensemble des acteurs chargés de garantir l’égal accès au système de santé publique, afin d’établir un diagnostic de la situation, évaluer les besoins,  construire une offre de soins répondant à la demande  actuelle et future du territoire.

Vous remerciant de l’attention accordée à notre requête,

Nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, à l’assurance de notre haute  considération.

Hervé DE DEROY. Conseiller Municipal. Président du groupe Méru Ensemble

James TELLIER. Conseiller municipal. Secrétaire de Section du Parti Socialiste

 

 

 

Laissez une réponse

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD