La santé publique à Méru : quand nos élus mentent

Ville Ajouter un commentaire

Debut décembre 2010, nous révélions sur ce blog l’information qui devait être reprise par toute la presse locale : la fermeture programmée du Sercice médecine de l’Hôpital de Méru. Le maire de Méru, Yves Leblanc, qui est aussi Premier Vice Président du Conseil de surveillance, osa le mensonge : « je n’étais pas au courant, j’ai appris ça par la presse ».

Puis, sans doute pour tenter d’endiguer les effets dévastateurs pour son image, il a consacré une part importante du bulletin municipal de février à ce sujet. Là encore, ses explications, loin de convaincre ont suscité de vives réactions de nos pétitionnaires, ainsi que des courriers très critiques face à l’absence de réaction des nos élus locaux (notamment le maire de Méru et le Président de la Communauté de communes)  après les fermetures successives des services, maternité, chirurgie, puis médecine, de l’hôpital de Méru.

Parmi ces courriers, nous avons décidé de publier le coup de colère que nous a adressé un médecin Méruvien, le Docteur MARISSAEL

Je ne peux pas laisser écrire des mensonges !

Dans le N°123 du « Méruvien », dans un article non signé mais sous la responsabilité des rédacteurs en chef, il est écrit :« Le départ à la retraite d’une dizaine de médecins généralistes sur le canton ».

Si vous vous référez  à la dernière page du  Méruvien : 13 médecins sont cités, en fait il y en a 15. Deux médecins généralistes sont oubliés depuis plus de 15 ans ! J’en fais partie et je n’ai aucune intention de partir en retraite !

Les généralistes auraient-ils fait une déclaration spontanée ? En tout cas je n’apparais jamais sur la liste des médecins et je n’ai jamais été questionné sur mes intentions !

Le maire de Méru ne semble pas s’être intéressé à la vie technique et personnelle des médecins installés dans sa commune. Preuve en est qu’il ne connait pas l’âge de ces praticiens et l’âge légal du départ à la retraite des médecins. Pour information, c’est 65 ans !

Les départs sont en partie justifiés par leur état de santé lié à leur dévouement et à la permanence des soins qu’ils ont assurés depuis des années.

Le remplacement des médecins est régulé par le conseil de l’ordre et non par des services municipaux, non attractifs par ailleurs. Les médecins ont une conscience et l’ont montré dans le passé en se mobilisant pour la défense de l’hôpital et de la maternité. Jamais entendus, peut-être ont-ils baissé les bras.

Le système de garde est certes défaillant, mais il l’est dans un contexte national et en voie de négociations nationales, et ne regarde en rien une municipalité ! La santé de vos médecins n’est pas aussi brillante que cet article voudrait le faire savoir !

Et si l’on mettait une pointeuse à la porte de chaque médecin ?

« Par ailleurs les praticiens locaux pratiquent des honoraires libres, ce qui constitue un obstacle à l’accès aux soins pour un grand nombre d’habitants ! »

C’est inadmissible de dire cela ! L’accès aux autres services proposés par d’autres catégories de libéraux  serait-il plus facile ?

Monsieur le maire a-t-il oublié la multiplication des CMU, des tiers-payants, des actes gratuits, des consultations « couloir », des coups de téléphone abusifs. Non il ne peut pas avoir oublié, il ne l’a jamais constaté.

« Madame Nora BERRA, Secrétaire d’Etat chargée de la santé, en déplacement sur Beauvais le 16 décembre dernier », parlant des urgences de Méru, aurait-elle oublié d’interviewer  le docteur MARISSAEL, qualifié spécialiste en médecine générale, président honoraire de Santé et Liberté ?

Mensonges, manipulation politique de  bas étage, pour conserver une initiative politique ? Ce n’est pas la première publication de ce type.

Docteur MARISSAEL, Président honoraire de Santé et Liberté.

 

 

Laissez une réponse

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD