conseil municipal de Méru de mars 2009 à mars 2010

Ville Ajouter un commentaire

Rendre compte

Comme nous nous y sommes engagés devant vous en mars 2008, nous veillons tout au long de ce mandat à être à l’écoute de la population et à bien vous informer de notre participation aux affaires municipales en notre qualité de conseillers municipaux du groupe de l’opposition.

En ce printemps 2010, deux ans après l’élection municipale qui à 133 voix près seulement ne nous a pas donné la majorité, nous nous faisons un devoir, comme nous l’avons déjà fait l’année dernière, d’établir publiquement un large bilan de notre activité, ainsi qu’une critique objective de l’action de la municipalité.

Nous vous informons avec les moyens qui sont les nôtres compte tenu du faible espace que le Maire nous accorde dans Le Méruvien, bulletin municipal payé par les contribuables.

Vous trouverez donc sur ce blog le journal en ligne où vous sont données toutes les précisions utiles sur nos prises de position lors des séances du conseil municipal de cette deuxième année du mandat.

Vous y trouverez également une large expression des opinions que nous avons sur les projets de la municipalité et des propositions que nous avons pu formuler lorsque les questions ont été soumises au débat, ce qui n’est pas si fréquent en raison d’un mode de gestion autoritaire et peu démocratique pratiqué par le Maire.

Nous ferons en sorte également d’aller à votre rencontre dans les quartiers pour échanger directement avec vous sur l’ensemble du travail que nous avons fourni pour répondre à la mission que vous nous avez confiée.

Soyez assurés que nous continuerons à être attentifs à vos préoccupations et aux intérêts de la ville et du service public local, lequel a vocation à vous servir comme nous nous employons nous-mêmes à le faire du mieux possible.

Hervé DE DEROY

Président du groupe Méru ensemble

Conseil municipal de Méru

Bilan d’activité du groupe Méru ensemble. Deuxième année de mandat.

Mars 2009

Le Maire et la Municipalité prévoient de permettre la construction des bureaux de Pôle Emploi sur le terrain d’espace public situé en face du collège du Thelle

Le groupe Méru Ensemble a considéré que ce serait une grave erreur de supprimer cet espace vert de détente et de rassemblement pour les collégiens et les habitants du quartier : en plus de la disparition regrettable d’un espace de vie sociale, cela aurait assurément posé des problèmes de sécurité pour les élèves aux heures de sortie des élèves pour la traversée de la voie publique.

Pour toutes ces raisons, nous avons considéré qu’il y avait d’autres lieux dans la ville plus adaptés pour l’implantation de cet équipement. De plus, l’implantation de l’ANPE et de l’ASSEDIC juste devant la sortie du collège ne nous semblait pas être la meilleure perspective à offrir aux jeunes collégiens !…

Nos interventions ont été utiles et cette localisation a été abandonnée.

Mars 2009              

Le Maire et la Municipalité ont adopté les comptes budgétaires de l’année 2008

Nous n’avons naturellement pas approuvé ces comptes puisqu’ils ne correspondent pas aux priorités budgétaires souhaitables pour la ville et prennent insuffisamment en compte les besoins des habitants. Le Maire masque la réalité en affirmant avec force qu’il maintient un bon niveau de services offerts à la population, jamais en diminution, alors que dans le même temps – et cela c’est une réalité comptable, c’est la vérité des chiffres – on voit les crédits budgétaires consacrés aux services publics fondre tous les ans.

D’ailleurs, tous chiffres mis à part, si on vivait de mieux en mieux à Méru, cela se verrait !

Mars 2009

Le Maire et la Municipalité ont modifié les conditions d’approbation des marchés publics

Alors qu’auparavant le Conseil municipal se voyait présenter tous les marchés publics de travaux importants, le Maire s’est fait octroyer le droit de signer ces commandes sans autorisation préalable de l’assemblée communale.

Ainsi, aucun débat public n’intervient quand le Maire signe pour plusieurs millions d’euros. Est-ce bien là une bonne forme de démocratie locale et de transparence sur les affaires communales ?

Nous dénonçons à ce sujet, comme dans beaucoup d’autres domaines de compétence communale, la diminution importante du nombre des séances du conseil, leur espacement dans le temps toujours plus important, et le nombre réduit des questions inscrites à l’ordre du jour de chacune d’entre elles.

Les élus du groupe Méru Ensemble déplorent l’insuffisance des réunions du Conseil et des Commissions, situation qui est néanmoins révélatrice de notre efficacité et de la pertinence de nos interventions gênantes pour le Maire et sa Municipalité, dans un mode de gestion reposant largement sur une volonté certaine de masquer la réalité des affaires communales.

Mai 2009

Le Maire et la Municipalité ont proposé l’institution du droit de préemption urbain sur les fonds de commerce qu’autorise désormais la législation

Le groupe Méru Ensemble s’est prononcé favorablement, estimant qu’il s’agit d’un dispositif qui peut être utile et efficace en faveur du maintien de l’activité commerciale en Centre ville.

Nous regrettons précisément la trop faible implication de la Municipalité sur cette question qui se traduit par un nombre très important de commerces fermés.

Mai 2009

Le Maire et la Municipalité ont décidé d’augmenter de 25% le taux de la taxe locale d’équipement

Le groupe Méru Ensemble a voté contre, en considérant qu’il convenait de ne pas augmenter les taxes et impôts locaux, surtout à une période où les foyers sont durement frappés par les effets de la crise et l’insuffisance du pouvoir d’achat.

Taxer de façon supplémentaire, et dans des proportions aussi importantes, les projets de construction dans la ville revient à alourdir le poids des contributions payées par les méruviens lorsqu’ils construisent leur maison ou procèdent à une extension de leur habitation.

Tout comme nous avons réclamé, sans succès, la suppression de la taxe sur l’électricité que le Maire fait payer à tous les méruviens, nous nous sommes opposés à la majoration de cette taxe d’équipement qui est une autre façon d’augmenter la pression fiscale sur les ménages.

Et cela n’empêche pas M. Leblanc de dire qu’il n’augmente pas les impôts !… De qui se moque-t-il ?

Juillet 2009

Le Maire et la Municipalité ont présenté le Programme de Renouvellement Urbain du quartier de la Nacre

Le groupe Méru Ensemble a approuvé ce programme dans la mesure où il a pour objectif d’apporter des améliorations à la vie des habitants du quartier.

Nous avons à nouveau souligné le caractère très tardif de cette intervention et la politique municipale qui a constitué pendant douze ans à laisser le quartier se paupériser, à l’inverse des objectifs de mixité sociale auxquels une vraie politique de l’habitat et du logement aurait dû conduire.

Nous avons également exprimé des réserves sur la qualité de la réflexion d’ensemble sur ce projet, doutant en particulier qu’une opération démolition-reconstruction de logements dans un secteur si peu élargi soit la meilleure réponse aux problématiques actuelles.

Juillet 2009

Le Maire et la Municipalité ont modifié le règlement intérieur des centres de loisirs

Nous avons contesté la nouvelle tarification et les modalités de paiement des participations des familles, au motif que la suppression de la dégressivité et le paiement additionnel des repas a pour effet de faire supporter un coût plus lourd. De plus, le paiement d’acomptes de montant important peut également rendre les choses plus difficiles pour la trésorerie des familles.

Il nous semble particulièrement mal venu de demander des efforts supplémentaires aux budgets familiaux; il serait au contraire important, en cette période de crise, de veiller à ce que la politique sociale de la ville – et la tarification des services offerts à la population en est un élément – soit adaptée aux difficultés actuelles.

Juillet et Septembre 2009

Le Maire et la Municipalité ont dû créer une régie municipale du service de crémation, le contrat passé avec l’entreprise privée ayant été reconnu illégal

Nous avions à plusieurs reprises contesté, sur la forme comme sur le fond, l’accord passé entre la ville et une entreprise de pompes funèbres pour la reprise du service municipal et, dans le même temps, la construction et l’exploitation d’un crématorium.

Le Préfet et les tribunaux ont contraint le Maire à admettre les irrégularités commises et à relancer une véritable procédure concurrentielle.

Le droit a toujours le dernier mot, et le Maire n’a pas tous les droits, ne lui en déplaise !…

Pour la nouvelle procédure à lancer, nous aurions préféré la formule de l’affermage, sur une durée courte de 5 ans, comme le recommandait le Préfet.

Fidèle à son esprit de privatisation des services publics, le Maire a fait adopter par sa majorité une concession sur 15 ans. Pour lui, l’intérêt public n’a d’intérêt que s’il rejoint les intérêts privés et que chacun y trouve son compte !

Ce n’est naturellement pas notre conception.

Février 2010

Le Maire et la Municipalité ont désigné un nouveau représentant à la Communauté de Communes des Sablons à la suite de la démission d’une conseillère municipal de la majorité

Le groupe Méru Ensemble a rappelé à cette occasion le refus du Maire de donner à l’opposition la place qui lui revient pour participer aux décisions importantes que la Communauté de Communes a à prendre pour l’avenir de la ville notamment dans le domaine de l’aménagement du territoire, au plan économique et de l’emploi. De plus, l’essentiel de la rénovation urbaine du quartier de la Nacre ayant également été délégué à l’intercommunalité, nous sommes complètement écartés de la réflexion et des prises de décisions intervenant sur ce dossier.

Il est scandaleux que des élus représentant la moitié de l’électorat de la ville soient ainsi mis délibérément à l’écart. De quoi ces messieurs dames de la majorité municipale ont-ils peurs ?

Mars 2010

Le Maire et la Municipalité ont mis à la vente une parcelle de terrain rue Théodore Gérard

Nous nous sommes questionnés sur ce nouveau projet de cession immobilière et considérons que dans la course effrénée que la majorité mène pour vendre les biens fonciers et immobiliers, il y a souvent un empressement aveugle qui tient moins compte de l’intérêt public et des besoins d’aménagement urbain que des rentrées financières que procure la satisfaction des attentes formulées par des opérateurs privés.

Nous n’avons donc pas approuvé ce projet, estimant que des espaces de stationnement complémentaires auraient été préférables dans ce quartier où l’habitation a été extrêmement densifiée.

Mars 2010

Le Maire et la Municipalité ont modifié les conditions d’inscription aux accueils des Centres de Loisirs

Nous nous sommes opposés aux nouvelles règles fixées par la municipalité qui conduisent à faire payer la totalité des montants dans des délais très rapprochés. Cela ne manquera pas de poser des difficultés financières aux familles

La majorité municipale a refusé d’entendre notre argumentation.

Nous avons heureusement réussi à faire supprimer une disposition qui nous paraissait abusive : il était prévu de majorer de 50% tout montant non payé dans les délais ! On voit bien là quel traitement le Maire réserve aux difficultés sociales dues à la crise.

Laissez une réponse

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD