Ce sont les trous creusés par les rats qui ont fait tomber le cheval.

Ville Ajouter un commentaire

Echéance électorale à l’approche, les rédacteurs  UMP  du Méruvien N° 141, du mois d’octobre 2012, commencent à s’agiter pour sauver les meubles.  Le rédacteur de l’article de la page 7, sur la politique de santé du maire Yves Leblanc et son équipe, «  verse les larmes, telle un ogre qui a dévoré ses petits. »

Dans une tentative raté de redorer  le  bilan catastrophique du maire et de son équipe, l’article tente de tromper encore une fois les Méruviens sur la gestion dramatique du dossier de la fermeture de l’hôpital. Un drame pour les Méruviens, toute génération confondu.

Lors du forum territorial de santé, organisé par le conseil régional de Picardie, jeudi 17 mars à 17h, au cinéma le Domino, à Méru. Le maire reconnaît lui même que l’hôpital était indispensable pour toute la population de la communauté de communes des sablons et que sa défense fait partie des missions d’un élu, je le cite : « nous allons devoir en effet répondre à cette inquiétude, ca fait partie des missions des élus» [1].

Hors, à l’époque, le maire s’était contenté de faire voter par son conseil municipal, une motion de protestation en date du 13 décembre 2010. « Les fainéants ont toujours des solutions pour éviter de se bouger »[2].

Si, comme  le prétend l’article, monsieur le maire tenait vraiment aux intérêts de ses administrés et les séniors qu’il essaie de séduire par des sorties ici et là, un gala le 14 juillet et un colis de noël une fois par an, il aurait pu se battre sérieusement , comme ca était fait à Clermont et ailleurs dans le département, pour maintenir l’hôpital ouvert et éviter à nos personnes âgées, à nos femmes enceintes et à nos enfants en bas âge de faire des kilomètres, toute l’année, le jour comme la nuit pour aller se soigner ailleurs.

Dans son bilan, l’équipe municipale de droite revient nous dire, après avoir laissé fermer l’hôpital, qu’un pôle santé est à l’étude  et pense que l’orphelin sera content d’avoir reçu un petit morceau d’intestin.

La communauté de commune des sablons gérée par la même famille politique de Monsieur le maire est un désert médicale. Les diagnostics territoriaux de santé des pays de Picardie le démontre bien dans le tableau ci-dessus.

[1] Sources : Adeli, Urcam, OR2S

Les données pour l’Oise et de la Picardie sont en février 2011 et celles pour la France métropolitaine,

au 1er janvier 2008.

 

Cette densité est la plus faible des pays picards. Elle est inférieure à celles de l’Oise (8,2), de la Picardie (9,6) et de la France métropolitaine (11,1).

Les médecins spécialistes libéraux et mixtes sont au nombre de onze dans le Thelle Vexin-Sablons au 1er novembre 2010, présentant la plus faible densité de spécialistes, soit  1,1 spécialiste pour 10 000 habitants, ce qui est inférieur à l’Oise (5,4), à la Picardie (5,8) et à la France métropolitaine (11,1).

L’équipe municipale de droite conduite par le maire Yves LEBLANC oublie de nous dire, qu’elle a été complice de la fermeture de l’hôpital par sa passivité et son immobilisme.

Les électeurs et les électrices de Méru ne sont pas dupes. ils sanctionneront le moment venue, l’immobilisme d’une équipe municipale qui n’a rien fait pour empêcher la casse des services publics et des services de proximité  dans notre ville.

M. M


[1] Discours du maire Yves Leblanc sur http://www.dailymotion.com/video/xhrf65_meru-forum-sante-du-pays-thelle-vexin-sablons_news.

[2] proverbe

 

Laissez une réponse

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD