20 ans déjà, l’histoire d’un Musée.

culture, Ville Ajouter un commentaire

Cette semaine dans le cadre des 20 ans de l’inauguration du Musée de la Nacre et plus particulièrement l’hommage rendu au travail effectué par l’association « Ephémères », nous vous proposons cette semaine de découvrir deux des artistes qui exposèrent à Méru, Nicolaï  Ovtchinnikov et Julio Villani. 

 

Nicolaï  Ovtchinnikov  par Frédéric d’Agay Historien , Éditeur ;

Muriel Rousseau Ovtchinnikov qui l’a conçu avait envie d’un vrai bistro parisien à proximité de chez elle. Depuis il y en a quatre autres dans la ville. Muriel est une des Moscovites les plus branchées et incontournables de la capitale où elle a filé après sa sortie des Arts déco de Paris. Elle a créé une agence de création et de communication Lieu Commun qui invente des mots russes, des dessins, des décors, des évènements… tout ce qu’elle touche se transforme en or ! Pas seulement de l’or sonnant et trébuchant, de l’or de sentiments, de rencontres, de création. Elle a fêté ses 15 ans de Moscou avec une exposition « Art to B-to Be Art » au Musée des arts décoratifs montrant sa peinture, ses porcelaines, ses photos… elle met en relation toutes sortes de gens qui lui plaisent, premier impératif ! Le vendredi soir elle organise un atelier de nu féminin pour ses amis, ses clients, des créateurs, des oligarques. J’ai participé à une séance qui se passait dans un salon où elle exposait à côté de la Galerie Trétiakov moderne. On s’amuse beaucoup et cela donne une énergie de groupe formidable. Son mari Nikolaï Ovtchinnikov est un des grands artistes russes, peintre et créateur. J’adore de lui, un petit temple grec dont les colonnes sont des troncs de bouleau. Sa vision du monde est d’un angle inconnu des autres. C’est aussi un ancien hooligan des années 80 qui avait monté avec des copains un groupe de rock interdit dont les cassettes se vendaient sous le manteau. Ce groupe donnait cette semaine un concert au Manège Impérial, la grande salle d’exposition de Moscou, au pied du Kremlin, en même temps qu’une grande exposition internationale de photos, devant un groupe de fans quinquagénaires qui se remémoraient ces grands moments du rock russe…

http://fredericdagay.blogspot.com

Nikolai OVTCHINNIKOV – Partie d’échecs entre Repine et Polenov, 1990

Júlio Villani

Júlio Villani est un plasticien né à Marilia au Brésil en 1956; il vit à Paris depuis 1982.

Biographie

Villani fait ses études à la faculté des arts plastiques (F.A.A.P.) de São Paulo et à la Watford School of arts de Londres. Il intègre ensuite l’École nationale des beaux-arts à Paris.

Propos artistique

Ses supports de création vont de la peinture à la sculpture mais aussi la broderie ou la vidéo. D’autres formes de création dans le domaine des arts appliqués incluent son travail de broderie et de tapisserie réalisée à la Manufacture de la Savonnerie ou à la Manufacture des Gobelins ainsi que des vitraux (commande Hôpitaux de Paris pour l’Oratoire de l’Hôpital Vaugirard, Paris en 1991). Certaines de ses sculptures ont été fondues à la fonderie d’art Landowski à Paris.

La peinture de Villani utilise la technique de l’huile avec des aplats de couleurs déposés sur différents supports, souvent issus de papiers administratifs (actes notariés, photographies de mariages, de communions…). Une œuvre importante de Júlio Villani est une sculpture intitulée L’origine du monde — emprunt à Gustave Courbet – présentant des formes mâle-femelle emboîtées sous forme de trois corps.

Expositions

Au nombre de ses expositions personnelles peuvent être citées celles au Musée des Beaux-Arts d’Agen (1997), à la Fondation Peter und Irene Ludwig à Aix-la-Chapelle, ainsi qu’au passage de Retz à Paris (1998), à la Pinacoteca del Estado de São Paulo, à la Casa França-Brasil de Rio de Janeiro, au Credac d’Ivry-sur-Seine (2004), au Centre d’art contemporain 10neuf de Montbéliard (2005), à la galerie Laage-Salomon, à la Galerie Jacqueline Moussion, à la Maison de l’Amérique latine à Paris (Je ne suis pas d’ici en 2005).

Parmi ses participations à des expositions collectives : Musée d’art moderne de la Ville de Paris et Musée d’Art de São Paulo (1987), FIAC (2002, 2005), Modernidade, Don’t call it performance, Musée Reina Sofía de Madrid (2002) et au Museo del Barrio de New York (2004), Stop-Art au Fri-Art de Fribourg et Art concret à la Fondation Daniela Chappard de Biarritz, Vivre Paris à l’Espace Electra, fondation EDF, de Paris.

Júlio VILLANI – Galerie de portraits et Galerie de portraits II, 2000

Júlio VILLANI – Cerisier, 2006

Júlio VILLANI – Ponto de encontro 2007

Nous vous donnons rendez-vous ce week-end pour notre prochain reportage…

Laissez une réponse

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD