Municipales à Méru: Hervé De Deroy ouvre une nouvelle étape de sa campagne

Politique de santé, Santé publique, Ville 1 Commentaire »

stand1310a.r2

Hervé De Deroy, tout au long de ce dimanche de Foire d’octobre, était à la rencontre de ses concitoyens sur un stand accolé au buste de Jean Jaurès, place du 14 juillet.

foire d'octobre Bonnehumeur. r

Il s’est longuement entretenu avec un grand nombre méruviennes et méruviens dont plusieurs  ont manifesté leur intention de contribuer activement à la campagne des élections municipales au sein de l’équipe qui entoure notre candidat Hervé De Deroy.

Tous les thèmes de la vie locale, emploi, éducation, urbanisme, logement, santé, sécurité, culture, sport ont été abordés, thèmes développés sur le stand avec une exposition intitulée « 1995 -2014, le vrai bilan de la municipalité UMP ».

Dans les semaines à venir le dialogue va se poursuivre avec les habitants au travers de rencontres dans les quartiers, dans notre permanence, 77 rue des Martyrs de la Résistance à Méru, et par vos réactions, vos commentaires sur ce blog.

Successivement, semaine après semaine, nous allons vous proposer une thématique.

Cette semaine: La santé

Affiche santé.r

 

 A lire également les articles publiés sur ce blog, sur le thème de la santé: (lien suivant) Santé 

Méru : images de ruine et d’abandon.

Communauté de Communes, conseil municipal, Economie locale, Politique de santé, Urbanisme, Ville Pas de commentaires »

hp-en-ruine1Les bâtiments de l’hôpital de Méru agonisent.

En 1995 notre Ville était dotée d’un hôpital, l’Hôpital Albert Degrémont .  Un Hôpital qui faisait le fierté des habitants du canton de Méru. Avec sa maternité, ses services de chirurgie, son plateau chirurgical flambant neuf, de médecine, d’urgences… Nous avons vu tous ces services s’éteindre les uns après les autres sans la moindre réaction des élus locaux.  (voir les articles publiés sur ce blog)

Désormais va-t-on assister impuissants à la gangrène, puis la mort, de tous les bâtiments construits, grâce aux dons de nos aînés, au cours du siècle dernier ?

C’est ce à quoi nous assistons hélas : cette gangrène ronge déjà une aile,  dans la grande indifférence, là encore, de nos élus locaux. Nous connaissons déjà le système de défense : « ce n’est pas de notre ressort …»

Quelle image d’entrée de Ville !… Cette ruine accueil nos visiteurs en provenance de Gisors, Chaumont en Vexin.

La même image d’abandon et de ruine est réservée, depuis 15 ans (!) aux visiteurs venant du Val d’Oise, en passant devant la friche industrielle qui fait face à notre caserne des sapeurs-pompiers.sogeca3

Comment s’étonner du peu d’engouement des investisseurs à s’arrêter dans notre Ville ?

C’est le triste bilan de 3 mandats de gestion d’une majorité UMP.

Pendant ce temps les villes voisines de Gisors, Beauvais et Chambly ont connu un développement  fort enviable de ses activités, de ses services publics, et de ses créations d’emplois. Des villes où les équipes municipales, sans distinction de leurs appartenances  politiques (Chambly et Gisors gérées par des socialistes, Beauvais par la droite), ne passent pas leur temps à gémir « c’est pas ma faute, c’est celle de la Région, du Conseil général, de l’Agence Régionale de la Santé… ou du Gouvernement… ».

La candidate à sa succession, désignée par le maire sortant, jure partout son « apolitisme ». Est-ce pour se dédouaner de ce bilan calamiteux?  Fière de ce bilan ?

Allons mesdames et messieurs les élus sortants, à l’heure du bilan, ASSUMEZ ! 

James TELLIER

 

Méru qualifiée par l’UFC QUE CHOISIR de quasi désert médical

Actualités, Bonnet d’âne ou cerise, Communauté de Communes, conseil municipal, Politique de santé, Santé publique, Ville 1 Commentaire »

L’UFC Que Choisir vient de publier une enquête sur la fracture sanitaire, dans laquelle est présentée une étude nationale exhaustive de la localisation des médecins. Il s’agit d’une cartographie médicale, commune par commune.

On y apprend hélas que Méru, est un quasi désert médical, l’accès aux soins étant qualifié dans l’enquête de « difficile ». Ainsi, l’UFC Que choisir rapporte que le nombre de généralistes, de gynécologues et d’ophtalmologistes est très insuffisant. Méru, avec une densité moyenne de médecins généralistes de l’ordre de 54 médecins pour 100 000 habitants, est très en dessous de la moyenne nationale, de l’ordre de 89 médecins pour 100 000 habitants.

Ce constat que nous faisons depuis très longtemps est donc confirmé par l’enquête détaillée d’une association dont l’impartialité ne peut être mise en cause.

L’actuelle majorité a une grande responsabilité dans la fracture sanitaire qui s’est développé dans notre ville. On voit bien d’ailleurs que d’autres communes, ayant su anticiper les besoins de leur population ont des résultats en matière d’offre médicale bien plus encourageants que les nôtres.

A titre de comparaison, l’enquête qualifie l’accès aux soins dans les villes de Chambly et de Montataire de « satisfaisant ».

Notre Ville n’offre pas aux médecins, les garanties suffisantes en matière de qualité de vie et d’attractivité, ce qui est de la responsabilité directe de l’équipe municipale actuelle. Le fait qu’elle soit restée sans réaction face aux fermetures successives de tous les services de notre hôpital,  la maternité en 2000, la chirurgie, puis la médecine et les urgences cette année, ne peut être interprété, par les jeunes médecins en quête d’implantation, que comme le signe d’un manque d’ambition fort dissuasif. L’absence de structures d’accueil n’aide pas à prendre la décision de s’installer dans notre canton.

Nous profitons du débat sur le Scot (schéma de cohérence territorial) pour mettre le doigt sur ce problème majeur posé à notre ville. Nos élus locaux ont le devoir de prendre, enfin, à bras le corps ces problèmes de santé publique.

Nous, élus socialistes méruviens, n’avons AUCUNE représentation dans le Conseil de la communauté de commune des Sablons (selon la volonté du Président de la C.C et du maire de Méru). Nous mettons cependant à profit ce débat pour poser ces questions et tenter d’éveiller nos élus sur ce qui devrait être la préoccupation numéro 1 pour les mois et années à venir : la santé publique.

Enquête: http://www.quechoisir.org/sante-bien-etre/systeme-de-sante/communique-acces-aux-soins-l-ufc-que-choisir-presente-la-carte-de-l-intolerable-fracture-sanitaire

 

 

 

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD