L’HEURE N’EST PAS AUX MANIPULATIONS MAIS AU SENS DES RESPONSABILITES

Actualités, Nacre, Ville Pas de commentaires »

L’agression d’un jeune méruvien  – que le Procureur de la République a qualifiée de « tentative de meurtre » – a bouleversé notre ville et indigné ses habitants par son caractère sauvage et barbare.

Par respect  envers les souffrances physiques et morales de la victime et de sa famille, la section du Parti Socialiste de Méru s’est refusé à réagir publiquement à ce tragique fait divers.

En revanche, l’absence de réaction du maire et son silence interpellent. Ce drame n’aurait-il pas dû amener le 1er magistrat, par sens des responsabilités et simplement par humanité, à condamner publiquement une telle violence ? Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ?

Voici quelques semaines, après la décision du gouvernement de classer Méru en Zone de Sécurité Prioritaire, il déclarait à la presse : « Associer Méru à la délinquance, ça me fait râler… C’est stigmatiser une ville qui ne le mérite plus. »

Peut-être pour ne pas se contredire, il se tait, alors que les méruviens auraient souhaité l’entendre sur un sujet dont il s’est beaucoup servi pour asseoir son pouvoir : sa capacité à régler les problèmes d’insécurité.

Dans ce contexte, les déclarations à la presse d’une responsable associative du quartier de la Nacre, interrogent sur les objectifs  de la démarche.

Décrivant il y a 16 ans un « quartier pauvre, sale, oublié de tous… semblant à l’abandon… » elle se réjouit de trouver aujourd’hui  « un quartier relativement tranquille…où on peut se promener sans se faire agresser ».  Si ces propos témoignent de l’attachement à son quartier et traduisent la réalité, tant mieux.  Qu’elle affirme que ce changement serait lié « au changement de l’équipe municipale et l’arrivée d’Yves Leblanc » laisse perplexe.

Rappelons en effet que cette dirigeante associative figurait en 2008 en bonne place sur la liste de Mme DROBECQ , adjointe de M. LEBLANC depuis 1995, entrée en dissidence en raison de désaccords profonds avec le maire.

Parmi les arguments utilisés, citons :

–          Sur la prévention de la délinquance : « En 2000, c’est LEBLANC qui a mis un terme aux missions du club de prévention… »

–          Sur la politique de la jeunesse : « Il n’existe aucun dispositif de soutien aux initiatives initiées par les jeunes. La jeunesse méruvienne est livrée à elle-même »

–          Sur les projets de rénovation du quartier de la Nacre : « Force est de constater que ce quartier n’est pas une priorité de LEBLANC. »

–          Sur la personnalité du maire sortant : « Ces propos indiquent le profil d’un personnage dédaigneux refusant la contradiction et n’acceptant jamais de reconnaître ses torts ou de se remettre en cause. »

Voilà les critiques – entre autres ! – portées en 2008 contre Yves Leblanc  par la liste sur laquelle  figurait la présidente des « Amis du Quartier ». Pourquoi ce retournement ? A quoi – ou à qui – est-il dû ?

Les socialistes de Méru s’élèvent contre toutes les manipulations, celles destinées à ternir l’image de leur ville, dont ils connaissent les faiblesses mais aussi les points forts, et celles tenant de la méthode « Coué » qui prétendent que tout va bien, et qui pourraient laisser croire que les responsables politiques sont indifférents aux difficultés quotidiennes des habitants : emploi, logement, santé, sécurité, précarité… sujets que nous aborderons avec eux dans les mois qui viennent pour y apporter des réponses.

Thérèse CHAPELOUX

Sur ce thème, nous vous invitons à relire sur ce blog l’article publié le 5 septembre 2011. Le lien: http://www.meru-ensemble.com/ville/meru-communication-politique-ou-concertation-avec-les-habitants-2188/

 

 

Méru: « communication politique » ou concertation avec les habitants ?

Actualités, conseil municipal, Logement, Nacre, Urbanisme, Ville Pas de commentaires »

Depuis 2007, année où ce projet a vu le jour, l’information auprès des habitants sur le PRU, plan de rénovation urbaine du quartier de la Nacre, n’a pas été le point fort de la municipalité. Pas de concertation, une communication à sens unique.

C’est la raison pour laquelle nous espérions une amélioration avec l’intervention d’un Cabinet spécialiser en communication sur ce type d’opération. Cabinet dont le contrat a été signé par le maire de Méru en ce début 2011.

De fait, peu avant cet été, ce cabinet a réalisé sur le quartier une consultation auprès des habitants. Même s’il est permis de regretter que ce soit seulement à l’heure où les travaux vont démarrer que l’on entame une consultation qui devait se faire dès le début du projet en 2007, nous attendions les conclusions de cette étude avec intéret.

Elles nous ont été présentées en juillet dernier et le constat n’est pas tendre :

« Depuis le début des années 2000, l’image du quartier de La Nacre s’est dégradée et une vie « en vase clos » s’est établie. De nombreux problèmes se sont installés au cours des décennies passées (sources : Convention pour la mise en œuvre du Projet de Rénovation Urbaine Quartier de La Nacre 2010-2013) »… (extrait de du rapport publié)

Mais les images en disent plus que les rapports écrits toujours édulcorés pour ne pas trop froisser la susceptibilité des élus en place.

Et le reportage (*) qui accompagne ce rapport, c’est l’expression du ressenti amer des habitants. Ce qu’ils disent nous donne les raisons de ce qui a produit cette « image dégradée ». Que disent-ils ?

– « aucun jeux pour les enfants » – « les espaces verts ne sont pas entretenus… jamais une fleur dans notre quartier »- « manque d’éclairage » – « manque de parkings » – « stationnement anarchique et danger pour nos enfants » – « manque de bancs publics » – « absence d’entretien des espaces piétons » …

Les habitants ne font que dire dans ce reportage ce qu’ils disent aux élus municipaux depuis 15 ans, sans avoir jamais été entendus.

Ce travail de l’Agence de communication ne nous apprend rien de nouveau. Fallait-il payer (250 000 €) un cabinet de communication pour tirer aussi peu d’enseignements nouveaux, alors que la simple écoute des habitants par les élus municipaux aurait du suffire ?!!!

Mais, ajoutons pour la vérité, la mission de cette agence de com. ne s’arrête pas là… A l’approche des futures élections municipales, son travail apportera, n’en doutons pas, un plan com . et de précieux arguments à l’équipe UMP…  Ce ne sera donc pas 250 000 € de perdus pour tout le monde !

(*) le reportage:

 

James Tellier

Hôpitaux, universités et prisons, action = réaction ?

Actualités, nationales 1 Commentaire »

Bright Light
Creative Commons License photo credit: Keraoc

 On peut sans conteste parler d’action et de radicalisation de la population française !  Les grèves dans les hôpitaux, les blocages des universités, la révolte des gardiens de prison montrent que ce sont toutes les couches de la population qui se dressent contre un gouvernement sourd et muet (et c’est une image qui reflète encore mal la fermeture du gouvernement aux revendications des citoyens). Alors si médiatiquement c’est la grippe A qui prend beaucoup de place, l’insécurité est plus que sanitaire elle est sociale ! Sociale, car les conditions de vie sont de plus en plus dures et le modèle de société que nous propose le réformateur tout feu tout flamme qu’est Sarkozy n’est qu’un retour à des valeurs d’individualisme, de performance et de concurrence ultralibérales qui n’ont que faire de la crise économique qui montre combien ce modèle est inefficace et mentalement destructeur. Lire la suite de l’article »

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD