Le 1er mai à Méru

culture, société, Ville Pas de commentaires »

 

JB Platel 2014.05.r

Les socialistes méruviens, comme ils le font chaque 1er mai depuis 1980,  ont rendu hommage à Jean-Bapatiste PLATEL.

Un rassemblement s’est tenu à 10h00 devant le buste de Jean Jaurès, face à l’église de Méru. Une trentaine de militants et sympathisants s’étaient regroupés, en présence de Michel Françaix, député de l’Oise.

Après une allocution du Secrétaire de Section en hommage à Jean Jaurès, le député, citant à son tour ce grand tribun : « Le courage, ce n’est pas de laisser aux mains de la force la solution des conflits que la raison peut résoudre ; car le courage est l’exaltation de l’homme, et ceci en est l’abdication. Le courage pour vous tous, courage de toutes les heures, c’est de supporter sans fléchir les épreuves de tout ordre, physiques et morales, que prodigue la vie. Le courage, c’est de ne pas livrer sa volonté au hasard des impressions et des forces ; c’est de garder dans les lassitudes inévitables l’habitude du travail et de l’action… Le courage c’est de comprendre sa propre vie, de la préciser, de l’approfondir, de l’établir et de la coordonner cependant à la vie générale… Le courage, c’est de dominer ses propres fautes, d’en souffrir, mais de n’en pas être accablé et de continuer son chemin. Le courage, c’est d’aimer la vie et de regarder la mort d’un regard tranquille ; C’EST D’ALLER A L’IDEAL ET DE COMPRENDRE LE REEL ; c’est d’gir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense. Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques », Michel Françaix a fait le rapprochement entre cette citation et l’action courageuse en faveur du redressement économique conduite actuellement par le Gouvernement Hollande –Valls.

Hommage a été rendu ensuite à Jean Baptiste Platel, devant  sa tombe, cimetière de Méru, pour son action courageuse pendant la grande grève des boutonniers du canton de Méru en 1909.

Discours de James Tellier,  Secrétaire de la section de Méru du Parti socialiste :

En 1909, à Méru et dans tout le canton, se sont soulevés des milliers de femmes et d’hommes exaspérés par les ententes patronales pour des réductions drastiques des salaires. La mobilisation des ouvriers boutonniers est telle que les patrons acceptent d’engager des négociations. Et lorsque  le patronat signe des engagements avec les syndicats, c’est pour les renier 2 jours après.

Le gouvernement, plutôt que d’obliger le patronat au respect des ses engagements, envoie la troupe pour mater la juste colère des ouvriers. Nullement impressionnés par la présence massives des troupes de répression, ces salariés ont su tenir et lutter encore durant de longues semaines.

Ces grèves constituent l’une des pages importantes de l’histoire de cette ville. On ne peut que regretter le peu de place qui est accordée par nos élus locaux à ces pages de notre histoire locale.

Et pourtant, leur retentissement fût grand en 1909, de portée nationale. Rarement en effet une lutte ouvrière n’a atteint une telle dimension, une telle force, une telle unité. Une telle dureté aussi dans sa répression.

Jean Baptiste PLATEL tient une place importante parmi ces hommes et ces femmes qui ont marqué l’histoire de ces luttes ouvrières. Il a lourdement payé son engagement syndical: condamné à la prison pour son action dans la conduite de ces grèves, sa santé décline, peu de temps après sa libération, sans emploi, désespéré, il se donne la mort.

Pour toutes ces raisons, les socialistes considèrent comme un devoir d’honorer la mémoire de ce syndicaliste.

Il faut remercier tous les acteurs de ce travail de mémoire:

  • Vous remercier, vous qui êtes présents aujourd’hui, élus, syndicalistes, militants, citoyennes, citoyens qui, par votre présence, menez cette oeuvre indispensable de mémoire.
  • Remercier nos ainés bénévoles associatifs qui sous l’impulsion de la MJC, (hélas aujourd’hui disparue), ont, à force de tenacité, par un long travail de collecte de documents et témoignages, créé les conditions qui ont permis la naissance de l’un de nos fleurons départementaux, le musée de la Nacre de MERU.
  • Remercier aussi les élus d’une municipalité de gauche qui, dès 1980 ont marqué cette volonté de sortir de l’oubli le témoignage de ces luttes ouvrières.

En célébrant l’action de Jean-Baptiste PLATEL, nous rendons hommage le 1er mai à toutes les femmes et les hommes qui ont lutté, à ceux qui luttent encore aujourd’hui pour la défense des droits de tous les salariés.

James TELLIER, secrétaire de Section

La facture éducative de 10 années de droite au pouvoir

Actualités, société Pas de commentaires »

dessin-ecole-publique

 La France vient de recevoir la facture éducative de 10 années de droite au pouvoir. Les résultats de notre système éducatif, évalués par le test PISA entre 2009 et mai 2012, montrent à quel point la précédente majorité a délaissé l’éducation.

Les critiques formulées par Luc Chatel contre l’actuel gouvernement sont parfaitement intolérables et déplacées au regard de son bilan comme ministre de l’Education nationale de la droite au pouvoir. La réalité est sans appel : un accroissement des écarts de niveau entre les élèves, avec un plus grand nombre d’élèves en difficulté et en grande difficulté ; une aggravation des déterminismes sociaux : l’école française est aujourd’hui celle des pays de l’OCDE où l’origine sociale des enfants pèse le plus lourd dans les résultats scolaires.

Ce bilan, c’est celui de l’abandon de l’école par la droite lors du dernier quinquennat.

L’insoutenable légèreté avec laquelle Nicolas Sarkozy et l’UMP ont traité l’éducation explique la situation : suppression de 80 000 postes, destruction de la formation des enseignants, déscolarisation des jeunes enfants, démantèlement des RASED, attaques contre les remplaçants etc.

Nous payons aujourd’hui le prix de cette politique. La nouvelle majorité a donc raison de faire de la refondation l’école de la République une priorité. L’étude PISA le confirme d’ailleurs en approuvant le diagnostic, en soulignant que les réponses du gouvernement vont dans le bon sens et en l’incitant à poursuivre les réformes engagées.

Le Parti socialiste soutient le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon dans le travail engagé pour mieux venir en aide aux élèves en difficultés pour élever le niveau de tous :

– priorité au premier degré, parce que c’est là que se scellent trop souvent les inégalités et les destins scolaires. Avec notamment la réforme des rythmes scolaires, qui bénéficiera en priorité aux élèves les moins favorisés.

– dispositifs innovants en primaire dans les zones les plus déshéritées (plus de maîtres que de classes, scolarisation des moins de trois ans).

– liaison école-collège, moment de trop nombreuses ruptures.

– effort sans précédent sur le remplacement (avec 1 000 postes dédiés dès cette année) ; car le non-remplacement d’un professeur absent fragilise les apprentissages.

– formation des enseignants : pour qu’ils puissent aborder leur métier avec tous les outils nécessaires pour accompagner les élèves dans leurs apprentissages.

Le deuxième temps de la refondation qui commence cet hiver permettra d’amplifier ce qui a déjà été engagé avec notamment : le chantier des métiers, pour redéfinir ce que doit être l’enseignant du 21e siècle, dans le dialogue avec les organisations syndicales ; la mise en place du Conseil supérieur des programmes, pour réorganiser l’ensemble de la scolarité obligatoire (école et collège) ; la réforme à venir de l’éducation prioritaire pour qu’enfin notre pays offre les mêmes chances à tous ses enfants.

Le gouvernement a pris la pleine mesure de la situation. Il a compris à quel point l’Education nationale avait été abimée par ceux qui passent leur temps à donner des leçons de gestion.

Rien, aucune polémique à visée politicienne, aucune manipulation des réformes mises en œuvre, ne doit venir freiner l’élan réformateur insufflé par Vincent Peillon. Tout ce qui est réalisé aujourd’hui ne l’est que dans un seul intérêt : celui des élèves et de la jeunesse de France.

 

Emeric Bréhier, secrétaire national à l’Education

Municipales à Méru: Hervé De Deroy ouvre une nouvelle étape de sa campagne

Politique de santé, Santé publique, Ville 1 Commentaire »

stand1310a.r2

Hervé De Deroy, tout au long de ce dimanche de Foire d’octobre, était à la rencontre de ses concitoyens sur un stand accolé au buste de Jean Jaurès, place du 14 juillet.

foire d'octobre Bonnehumeur. r

Il s’est longuement entretenu avec un grand nombre méruviennes et méruviens dont plusieurs  ont manifesté leur intention de contribuer activement à la campagne des élections municipales au sein de l’équipe qui entoure notre candidat Hervé De Deroy.

Tous les thèmes de la vie locale, emploi, éducation, urbanisme, logement, santé, sécurité, culture, sport ont été abordés, thèmes développés sur le stand avec une exposition intitulée « 1995 -2014, le vrai bilan de la municipalité UMP ».

Dans les semaines à venir le dialogue va se poursuivre avec les habitants au travers de rencontres dans les quartiers, dans notre permanence, 77 rue des Martyrs de la Résistance à Méru, et par vos réactions, vos commentaires sur ce blog.

Successivement, semaine après semaine, nous allons vous proposer une thématique.

Cette semaine: La santé

Affiche santé.r

 

 A lire également les articles publiés sur ce blog, sur le thème de la santé: (lien suivant) Santé 

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD