Municipales à Méru: Hervé De Deroy ouvre une nouvelle étape de sa campagne

Politique de santé, Santé publique, Ville 1 Commentaire »

stand1310a.r2

Hervé De Deroy, tout au long de ce dimanche de Foire d’octobre, était à la rencontre de ses concitoyens sur un stand accolé au buste de Jean Jaurès, place du 14 juillet.

foire d'octobre Bonnehumeur. r

Il s’est longuement entretenu avec un grand nombre méruviennes et méruviens dont plusieurs  ont manifesté leur intention de contribuer activement à la campagne des élections municipales au sein de l’équipe qui entoure notre candidat Hervé De Deroy.

Tous les thèmes de la vie locale, emploi, éducation, urbanisme, logement, santé, sécurité, culture, sport ont été abordés, thèmes développés sur le stand avec une exposition intitulée « 1995 -2014, le vrai bilan de la municipalité UMP ».

Dans les semaines à venir le dialogue va se poursuivre avec les habitants au travers de rencontres dans les quartiers, dans notre permanence, 77 rue des Martyrs de la Résistance à Méru, et par vos réactions, vos commentaires sur ce blog.

Successivement, semaine après semaine, nous allons vous proposer une thématique.

Cette semaine: La santé

Affiche santé.r

 

 A lire également les articles publiés sur ce blog, sur le thème de la santé: (lien suivant) Santé 

Avec Hervé DE DEROY, UN NOUVEAU SOUFFLE POUR MERU

Le Méruvien, Ville Pas de commentaires »

hdd2013. ruede la gare

A MERU, les socialistes ont demandé à Hervé DE DEROY de conduire leur liste pour les élections municipales de 2014 : il possède les compétences, la rigueur, l’autorité, l’expérience nécessaires pour doter notre ville des moyens d’un rayonnement complet profitable à ses habitants.

 

Fidèle depuis toujours à ses engagements

Il s’engage très jeune au PARTI SOCIALISTE, peu après sa création, en 1971, par François MITTERRAND. Il est secrétaire de la section du canton de Songeons où il réside, et contribue au développement du parti, dont il est toujours un militant actif et respectueux des idéaux.

Une longue expérience des collectivités locales

Après des études secondaires à Beauvais, il poursuit en Droit Public à Amiens, études qui ont profondément inscrit en lui les préoccupations d’intérêt public et d’organisation des services à ses concitoyens. Il entre dans la vie professionnelle en exerçant  la fonction d’Attaché à la Préfecture de Beauvais, puis d’Attaché de Cabinet du Président du Conseil  Général.

Il s’ installe à Méru en 1985,   où il est nommé Secrétaire Général de Mairie, poste qu’il a occupé jusqu’en 1995 aux côtés de Guy VADEPIED, Maire socialiste de la commune de 1977 à 1995, et Député de la circonscription de 1981 à 1988. Il occupe ensuite des fonctions de Direction Générale à EPINAY-SUR-SEINE, puis à GONESSE où il exerce encore aujourd’hui.

Un méruvien attaché à sa ville

Depuis 1985 il vit à Méru. Fort de cet  attachement , et  déçu  de constater les retards de la ville sur le plan économique, la disparition de services publics , les égarements en matière d’urbanisme, et la façon contestable d’exercer la démocratie locale,  il  décide  de se présenter aux élections municipales de 2008 à la tête d’une équipe de gauche. Cette liste, « Méru-ensemble » frôle la victoire avec un écart de 133 voix seulement sur celle de l’UMP qui dirige alors la ville depuis 13 ans, depuis 18 ans aujourd’hui.

Un opposant vigilant et actif

Président du groupe d’opposition au conseil municipal depuis 2008, il n’a cessé de montrer son intransigeance, d’ affirmer son opposition aux choix de la majorité qui ont conduit au démantèlement du service public, à la désertification en matière de santé, et à la panne de développement économique,  contrairement aux villes voisines de Beauvais et Chambly qui se sont donné les moyens d’ attirer des activités génératrices de nombreux emplois, qui contribuent au rayonnement de  ces territoires.

Le maire annonce qu’il ne conduira pas la liste UMP aux prochaines municipales, cédant la tête de liste à sa 9ème adjointe. Celle-ci  affirme sa fierté du bilan, et entend poursuivre en accord avec lui la même politique, cause des retards de MERU sur les villes voisines en matière d’accueil de nouvelles entreprises créatrices  d’emploi, d’urbanisme, de logements locatifs décents  accessibles aux jeunes et aux familles,  d’accès aux soins, de projet culturel, d’environnement et de services répondant aux besoins des habitants.

Les opportunités gâchées ces deux dernières décennies imposent une véritable alternance, celle que vous propose Hervé DE DEROY.

« Notre ville, comparée aux villes voisines, souffre de nombreux retards. Les choix de la majorité UMP en sont en grande partie responsables ».   Hervé DE DEROY, leader de l’opposition n’a pas cessé de contester fortement les orientations politiques de l’équipe conduite par Yves LEBLANC élu depuis 1995:

 

CHOIX BUDGETAIRES : Besoins de la ville et de sa population insatisfaits dans de nombreux domaines, malgré une imposition suffisante, et des recettes générées par les impôts des nouveaux habitants.

SERVICE PUBLIC LOCAL : Baisse des effectifs des services municipaux, missions transférées à des entreprises privées souvent extérieures à MERU, au détriment de l’emploi local.

EDUCATION, PETITE ENFANCE : Absence de programmation d’équipements répondant aux besoins d’une ville accueillant de nombreux jeunes parents. Accès difficile pour certains aux activités périscolaires : classes de neige, de découverte…

SANTE : Inaction de la majorité lors des  fermetures successives des services de l’hôpital, et manque de solutions pouvant  répondre à une situation de désertification médicale.

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE – EMPLOI : Immobilisme de l’équipe en place : aucune implantation d’activités nouvelles créatrices d’emplois – Pas de recherche alternative à la fermeture d’entreprises – Crise du commerce de proximité.

URBANISME – ENVIRONNEMENT : Retards dans l’opération ANRU du Quartier de la Nacre financée par l’Etat et les Collectivités Territoriales – Construction de logements sur une friche industrielle polluée .  Implantation des équipements sans plan d’ensemble cohérent. Difficultés de circulation et de stationnement.

CULTURE : Projet culturel inexistant – Réalisation d’équipements « à minima » : Médiathèque à l’étroit, futur centre culturel sous-dimensionné.

PATRIMOINE : Bâtiments historiques, ou propriétés de caractère témoignant du passé de notre ville bradés à des investisseurs privés.

Hervé DE DEROY viendra à votre rencontre, dans votre quartier, pour entendre vos souhaits, et ainsi donner une nouvelle orientation, une nouvelle dynamique économique et sociale plus proche des besoins de la population méruvienne . D’ores et déjà vous pouvez lui transmettre vos questions et préoccupations en lui écrivant à l’adresse suivante: Hervé DE DEROY, 77, rue des Martyrs de la Résistance, 60110 MERU, ou par courriel : herve-de-deroy@meru-socialiste.com

Fermetures des Urgences de Méru

Le Méruvien, Politique de santé, Ville Pas de commentaires »

Le C.H.I des Portes de l’Oise s’est contenté d’un communiqué laconique, le 8 février, sur son site internet :

« A compter du 1 février 2012, les Urgences de Méru seront fermées définitivement

En raison du manque récurrent d’effectif médical, nous vous informons de la fermeture définitive du service urgences du site de Méru à compter du 1 février 2012.
Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée, vous rendre directement aux urgences de Beaumont sur Oise, 25, rue Edmond Turcq ou contactez le 15. »

Depuis le 1er février, il est donc permis d’imaginer la détresse d’un certain nombre de patients qui se sont « cassé le nez » sur cette porte fermée.

Il est tout de même assez scandaleux que la population n’ait pas été préalablement mieux informée. Il semble bien que la presse n’ait découvert cette info officielle qu’en même temps que nous, le 8 février.

Quant aux élus locaux, le Docteur Alain Letellier, Président de la Communauté de Communes des Sablons, et le Maire de Méru, 1er Vice président du Conseil de surveillance du CHI, chacun comprendra leur peu d’empressement à porter cette information à leurs administrés.

Voilà moins d’un an le maire de Méru se voulait rassurant « il avait obtenu des garanties du CHIPO  pour le maintien des urgence le jour »…

Mais si cette fermeture définitive ne suscite pas plus d’émotion, c’est aussi pour une bien triste réalité: nos élus UMP, tant à la tête de la C.C des Sablons qu’à celle  de la Ville de Méru ont habitué les médias et leurs administrés à cette mort du service public de santé.

Ils avaient hérité, en 1995, d’un Hôpital, l’Hôpital Albert-Degremont fièreté de toute une population, avec Maternité, Chirurgie, Médecine, Urgences … Ce que retiendra l’histoire locale de leurs mandats électifs c’est leur incroyable passivité*  face à la fermeture successive de TOUS ces services publics de santé.

James Tellier

*passivité est en l’occurrence un mot …« politiquement correcte ». Nous pourrions être plus durs, en nous souvenant des luttes menées dans les années antérieures à 1995, par les élus d’alors qui savaient mobiliser pour les manifestations, intervenir auprès des ministères… actions qui avaient permis de laisser cet héritage d’un service publique de santé digne de ce nom !

 

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD