Avec Hervé DE DEROY, UN NOUVEAU SOUFFLE POUR MERU

Le Méruvien, Ville Pas de commentaires »

hdd2013. ruede la gare

A MERU, les socialistes ont demandé à Hervé DE DEROY de conduire leur liste pour les élections municipales de 2014 : il possède les compétences, la rigueur, l’autorité, l’expérience nécessaires pour doter notre ville des moyens d’un rayonnement complet profitable à ses habitants.

 

Fidèle depuis toujours à ses engagements

Il s’engage très jeune au PARTI SOCIALISTE, peu après sa création, en 1971, par François MITTERRAND. Il est secrétaire de la section du canton de Songeons où il réside, et contribue au développement du parti, dont il est toujours un militant actif et respectueux des idéaux.

Une longue expérience des collectivités locales

Après des études secondaires à Beauvais, il poursuit en Droit Public à Amiens, études qui ont profondément inscrit en lui les préoccupations d’intérêt public et d’organisation des services à ses concitoyens. Il entre dans la vie professionnelle en exerçant  la fonction d’Attaché à la Préfecture de Beauvais, puis d’Attaché de Cabinet du Président du Conseil  Général.

Il s’ installe à Méru en 1985,   où il est nommé Secrétaire Général de Mairie, poste qu’il a occupé jusqu’en 1995 aux côtés de Guy VADEPIED, Maire socialiste de la commune de 1977 à 1995, et Député de la circonscription de 1981 à 1988. Il occupe ensuite des fonctions de Direction Générale à EPINAY-SUR-SEINE, puis à GONESSE où il exerce encore aujourd’hui.

Un méruvien attaché à sa ville

Depuis 1985 il vit à Méru. Fort de cet  attachement , et  déçu  de constater les retards de la ville sur le plan économique, la disparition de services publics , les égarements en matière d’urbanisme, et la façon contestable d’exercer la démocratie locale,  il  décide  de se présenter aux élections municipales de 2008 à la tête d’une équipe de gauche. Cette liste, « Méru-ensemble » frôle la victoire avec un écart de 133 voix seulement sur celle de l’UMP qui dirige alors la ville depuis 13 ans, depuis 18 ans aujourd’hui.

Un opposant vigilant et actif

Président du groupe d’opposition au conseil municipal depuis 2008, il n’a cessé de montrer son intransigeance, d’ affirmer son opposition aux choix de la majorité qui ont conduit au démantèlement du service public, à la désertification en matière de santé, et à la panne de développement économique,  contrairement aux villes voisines de Beauvais et Chambly qui se sont donné les moyens d’ attirer des activités génératrices de nombreux emplois, qui contribuent au rayonnement de  ces territoires.

Le maire annonce qu’il ne conduira pas la liste UMP aux prochaines municipales, cédant la tête de liste à sa 9ème adjointe. Celle-ci  affirme sa fierté du bilan, et entend poursuivre en accord avec lui la même politique, cause des retards de MERU sur les villes voisines en matière d’accueil de nouvelles entreprises créatrices  d’emploi, d’urbanisme, de logements locatifs décents  accessibles aux jeunes et aux familles,  d’accès aux soins, de projet culturel, d’environnement et de services répondant aux besoins des habitants.

Les opportunités gâchées ces deux dernières décennies imposent une véritable alternance, celle que vous propose Hervé DE DEROY.

« Notre ville, comparée aux villes voisines, souffre de nombreux retards. Les choix de la majorité UMP en sont en grande partie responsables ».   Hervé DE DEROY, leader de l’opposition n’a pas cessé de contester fortement les orientations politiques de l’équipe conduite par Yves LEBLANC élu depuis 1995:

 

CHOIX BUDGETAIRES : Besoins de la ville et de sa population insatisfaits dans de nombreux domaines, malgré une imposition suffisante, et des recettes générées par les impôts des nouveaux habitants.

SERVICE PUBLIC LOCAL : Baisse des effectifs des services municipaux, missions transférées à des entreprises privées souvent extérieures à MERU, au détriment de l’emploi local.

EDUCATION, PETITE ENFANCE : Absence de programmation d’équipements répondant aux besoins d’une ville accueillant de nombreux jeunes parents. Accès difficile pour certains aux activités périscolaires : classes de neige, de découverte…

SANTE : Inaction de la majorité lors des  fermetures successives des services de l’hôpital, et manque de solutions pouvant  répondre à une situation de désertification médicale.

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE – EMPLOI : Immobilisme de l’équipe en place : aucune implantation d’activités nouvelles créatrices d’emplois – Pas de recherche alternative à la fermeture d’entreprises – Crise du commerce de proximité.

URBANISME – ENVIRONNEMENT : Retards dans l’opération ANRU du Quartier de la Nacre financée par l’Etat et les Collectivités Territoriales – Construction de logements sur une friche industrielle polluée .  Implantation des équipements sans plan d’ensemble cohérent. Difficultés de circulation et de stationnement.

CULTURE : Projet culturel inexistant – Réalisation d’équipements « à minima » : Médiathèque à l’étroit, futur centre culturel sous-dimensionné.

PATRIMOINE : Bâtiments historiques, ou propriétés de caractère témoignant du passé de notre ville bradés à des investisseurs privés.

Hervé DE DEROY viendra à votre rencontre, dans votre quartier, pour entendre vos souhaits, et ainsi donner une nouvelle orientation, une nouvelle dynamique économique et sociale plus proche des besoins de la population méruvienne . D’ores et déjà vous pouvez lui transmettre vos questions et préoccupations en lui écrivant à l’adresse suivante: Hervé DE DEROY, 77, rue des Martyrs de la Résistance, 60110 MERU, ou par courriel : herve-de-deroy@meru-socialiste.com

Méru : images de ruine et d’abandon.

Communauté de Communes, conseil municipal, Economie locale, Politique de santé, Urbanisme, Ville Pas de commentaires »

hp-en-ruine1Les bâtiments de l’hôpital de Méru agonisent.

En 1995 notre Ville était dotée d’un hôpital, l’Hôpital Albert Degrémont .  Un Hôpital qui faisait le fierté des habitants du canton de Méru. Avec sa maternité, ses services de chirurgie, son plateau chirurgical flambant neuf, de médecine, d’urgences… Nous avons vu tous ces services s’éteindre les uns après les autres sans la moindre réaction des élus locaux.  (voir les articles publiés sur ce blog)

Désormais va-t-on assister impuissants à la gangrène, puis la mort, de tous les bâtiments construits, grâce aux dons de nos aînés, au cours du siècle dernier ?

C’est ce à quoi nous assistons hélas : cette gangrène ronge déjà une aile,  dans la grande indifférence, là encore, de nos élus locaux. Nous connaissons déjà le système de défense : « ce n’est pas de notre ressort …»

Quelle image d’entrée de Ville !… Cette ruine accueil nos visiteurs en provenance de Gisors, Chaumont en Vexin.

La même image d’abandon et de ruine est réservée, depuis 15 ans (!) aux visiteurs venant du Val d’Oise, en passant devant la friche industrielle qui fait face à notre caserne des sapeurs-pompiers.sogeca3

Comment s’étonner du peu d’engouement des investisseurs à s’arrêter dans notre Ville ?

C’est le triste bilan de 3 mandats de gestion d’une majorité UMP.

Pendant ce temps les villes voisines de Gisors, Beauvais et Chambly ont connu un développement  fort enviable de ses activités, de ses services publics, et de ses créations d’emplois. Des villes où les équipes municipales, sans distinction de leurs appartenances  politiques (Chambly et Gisors gérées par des socialistes, Beauvais par la droite), ne passent pas leur temps à gémir « c’est pas ma faute, c’est celle de la Région, du Conseil général, de l’Agence Régionale de la Santé… ou du Gouvernement… ».

La candidate à sa succession, désignée par le maire sortant, jure partout son « apolitisme ». Est-ce pour se dédouaner de ce bilan calamiteux?  Fière de ce bilan ?

Allons mesdames et messieurs les élus sortants, à l’heure du bilan, ASSUMEZ ! 

James TELLIER

 

LE MAIRE SE DONNE LES MOYENS DE LA CONTINUITE

Bonnet d’âne ou cerise, Communauté de Communes, conseil municipal, culture, Economie locale, Le Méruvien, Santé publique, société, Urbanisme, Ville Pas de commentaires »

marionnettesYves Leblanc a officiellement annoncé, lors de la cérémonie des vœux, qu’il avait choisie Nathalie Ravier pour conduire la liste de l’UMP en 2014.

Respect et fierté. Ce sont les sentiments que l’élue a exprimés.

Voici une forme très accomplie d’adoubement moyenâgeux, et certains vassaux piétinaient fort dans salle du Thelle pour contenir ou montrer leur malaise.

Une chose est sure : Ravier et Leblanc, c’est vraiment la même chose ! Elle assume pleinement le bilan et confirme les choix pour l’avenir.

Elle considère par exemple qu’un hôtel haut de gamme près du musée de la Nacre est profitable aux méruviens, alors que ce bâti industriel appartenant à l’histoire industrielle et artisanale de notre ville aurait meilleure vocation à accueillir un centre culturel d’une autre dimension que ce qui est envisagé ailleurs dans un espace réduit.

Fierté sans doute de l’incapacité d’Yves  Leblanc à créer des emplois et à obtenir le maintien des services publics essentiels : fermeture de tous les services de l’hôpital, jusque celui des urgences qui laisse la population sans recours de proximité.

Fierté sans doute aussi de voir un immeuble de qualité vendu pour un projet privé. Grand pourfendeur du service public, le maire a réussi à montrer qu’un office notarial est plus fort que lui et a pu réaliser ce qui aurait dû être la modernisation de la Poste, avec ou sans extension, dans un immeuble du patrimoine communal générant une recette locative pour le budget communal.

Et que dire du respect à l’égard d’un maire qui tout au long de ses mandats règle ses comptes politiques de la plus vile façon (terme moyenâgeux). Faut-il rappeler la présence des gendarmes mobiles pour étouffer la MJC, association d’éducation populaire qui ne plaisait pas à sa seigneurie ?

Mme Ravier est candidate de cette continuité et exprime respect et fierté. Il est vrai que les membres de l’actuelle municipalité sont toujours restés complaisamment passifs, tels des pantins.

Mal élu en 2008, Yves Leblanc ne veut pas prendre le risque d’être bien battu en 2014.

Il renonce donc à son mandat de maire mais chacun sait qu’il sera sur la liste – ou en marge – et que c’est lui qui tirera les ficelles!

Alors que penser de Mme Ravier qui se réjouit avec fierté de passer du statut de pantin à celui de marionnette!

Quelle que soit son apparence, une marionnette n’est toujours qu’une marionnette : l’expression animée d’un marionnettiste qui tient toutes les commandes entre ses doigts et reste maître du jeu !

 

Hervé DE DEROY

 

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD