L’UMP 2014: Le projet de la casse sociale est de retour

Le Méruvien, société, Ville 1 Commentaire »

 

ump3

A deux mois des élections municipales, les dirigeants de l’UMP ont affirmé ce samedi 25 janvier 2014, lors d’un conseil national, un projet résolument néolibéral.

Et les idées ne manquent pas chez Jean-François Copé et les siens : FAIRE DU NEUF AVEC DE L’ANCIEN.

L’UMP prévoit 65 milliards de baisse d’impôts pour le patronat et sans contre partie. Il souhaite affecter autant au remboursement de la dette.

Cela porte à 130 milliards d’euros la cagnotte à trouver, sous forme d’économies : 50% pour l’Etat, 50% pour la Sécurité sociale et les collectivités locales.

Copé veut résorber le chômage en « libérant » les entreprises et en combattant l’assistanat dit-il. Outre la baisse des charges sociales sans contre partie pour le patronat,  l’UMP entend mettre un terme définitif aux 35 heures.

Il veut  également, la création d’un seul contrat de travail, fusionnant le CDD et le CDI, et entend mettre fin à « l’emploi à vie » systématique dans la fonction publique.

Bref, la précarité pour tout le monde.

La droite veut également la dégressivité des allocations chômage pour « inciter à la reprise d’activité » et en finir avec l’assistanat disent-ils.

Les revenus de la solidarité et les droits connexes ne pourront pas dépasser les 75% du SMIC.

Le RSA en prendrait aussi pour son grade, avec  à la différence du patronat, l’instauration d’une contrepartie, de travail pour les bénéficiaires du RSA.
La casse sociale ne s’arrête pas là.  L’UMP propose de « poursuivre l’allongement progressif de la durée de cotisation » et « repousser l’âge légal à 65 ans en 2023 comme dans la plupart des pays européens » disent-ils.

L’UMP ressort à nouveau son idée de la hausse de la TVA pour compenser la baisse des cotisations qui sera accordée au patronat, ce qu’ils appellent pudiquement la TVA anti-délocalisation.

« Il ne s’agit pas d’un projet d’alternance exhaustif et définitif » dixit.  Il s’agit de proposer ensemble des grandes mesures d’urgence pour redresser la France », souligne le président de l’UMP, Jean-François Copé, dans un message aux conseillers nationaux.

Ces mesures sont jugées trop radicales par des ténors de l’UMP  elle même.  L’ancien ministre de l’Economie François Baroin ne votera pas le projet. Trop libérales explique l’ancien Premier ministre Alain Juppé, qui n’entend pas cautionner non plus ce projet. Henri Guaino, n’a pris aucune précaution pour critiquer ouvertement Jean-François Copé sur la nature de ses mesures dites d’urgence.

La gauche a hérité  d’une France affaiblie sur le plan économique et sociale. La dette de la France a bel et bien augmenté de près de 600 milliards sous le mandat de Sarkozy et de l’UMP, avec une moyenne de 117 mds de hausse annuelle sur 5 ans.

Les dirigeants de l’UMP veulent recommencer avec les mêmes recettes, néfastes pour la France, alors que la majorité de gauche se bat pour redresser une France mise à genou par un héritage catastrophique de la gestion de la droite et du quinquennat de Nicolas Sarkozy,

Apparemment, l’UMP a adopté une stratégie globale pour tout le pays. FAIRE DU NEUF AVEC DE L’ANCIEN.  Puisque c’est également le cas à Méru avec Mme Nathalie Ravier et l’UMP locale.

Dans l’Oise Hebdo du 05 juillet 2013, Mme Ravier tête de liste de l’équipe UMP, pour les municipales de 2014, déclare être fière du bilan de l’équipe en place depuis 18 ans et  dont-elle fait partie, sans renier quoi que ce soit, elle s’engage à poursuivre dans une certaine continuité dit-elle.leblanc-ravier01,13

Mme Nathalie Ravier s’est donc engagée à poursuivre la même politique que Mr Leblanc.  Faire de Méru une ville dortoir dépourvu des services public vitaux pour les anciens et les nouveaux méruviens: développement économique générateur d’emploi, centre de santé, logements, places dans les crèches, écoles aux normes, structures pour nos jeunes, espaces culturels dignes pour nos artistes et nos associations, commerces de proximité et animation du centre-ville, transport, résidences pour personnes âgées, etc…

Depuis son élection et dans un esprit de justice sociale, la majorité de gauche met tout en œuvre, malgré les difficultés que cela impose, pour relever un double défi. D’une part, éviter une faillite qui nous ferait revenir quarante ans en arrière et réduirait à néant notre modèle social. D’autre part, préparer la sortie de crise en actionnant tous les leviers susceptibles de nous remettre sur la voie du progrès et  donner des marges pour investir, des marges pour innover, des marges pour embaucher, avec des contreparties que les représentants des salariés sont en droit d’obtenir.

Oui ça change. Pour en savoir plus, cliquez sur le lien :

http://mailing.gsan.org/files/ml_GSAN/140108LivretOuiCaChange.pdf

M. Mostapha.

Hôpitaux, universités et prisons, action = réaction ?

Actualités, nationales 1 Commentaire »

Bright Light
Creative Commons License photo credit: Keraoc

 On peut sans conteste parler d’action et de radicalisation de la population française !  Les grèves dans les hôpitaux, les blocages des universités, la révolte des gardiens de prison montrent que ce sont toutes les couches de la population qui se dressent contre un gouvernement sourd et muet (et c’est une image qui reflète encore mal la fermeture du gouvernement aux revendications des citoyens). Alors si médiatiquement c’est la grippe A qui prend beaucoup de place, l’insécurité est plus que sanitaire elle est sociale ! Sociale, car les conditions de vie sont de plus en plus dures et le modèle de société que nous propose le réformateur tout feu tout flamme qu’est Sarkozy n’est qu’un retour à des valeurs d’individualisme, de performance et de concurrence ultralibérales qui n’ont que faire de la crise économique qui montre combien ce modèle est inefficace et mentalement destructeur. Lire la suite de l’article »

19 mars 2009 : le printemps des pancartes

Actualités, nationales 1 Commentaire »

Manifestion 19 mars 2009

Avec le foisonnement rouge, jaune, bleu des drapeaux syndicaux, les pancartes fleurissaient en ce jour du printemps 2009 dans les rues de Beauvais. « Celui qui combat peut perdre mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. Signé BB », « Jeunesse en colère », « Il faut indexer les retraites sur le SMIC », « La crise c’est eux », « Qui sème la misère récolte la colère », « Sarko escroc »… Lire la suite de l’article »

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD