Faurecia Méru: un voeu de soutien rejeté par l’UMP et Alain Letellier.

Actualités, Communauté de Communes, Economie locale, Ville Pas de commentaires »

Dans le cadre du Débat d’orientation budgétaire, sur proposition du Groupe communiste, la majorité de gauche au  Conseil général de l’Oise a adopté le jeudi 25 octobre, un vœu de solidarité et de soutien pour les salariés et pour la préservation des emplois chez FAURECIA Méru.

Le groupe UMP a voté contre. Notre conseiller général et Président de la Communauté de communes des Sablons Letellier s’est exprimé sur FAURECIA Méru, en soulignant que la communauté de commune ne s’occupait pas de l’emploi a Méru…

Il est vrai que nos élus locaux ne se sont jamais souciés de la création, ni de la préservation d’emploi dans le canton de Méru. Les fermetures d’entreprises, et des services médicaux de l’hôpital, n’ont jamais soulevé la moindre ébauche de protestation ! Faute de création d’emplois, nos élus créent des parkings autour de la gare… pour les habitants qui, toujours plus nombreux, n’ont d’autre choix que de longues heures de transports en commun pour, toujours plus loin, rejoindre leurs entreprises.

Les élus socialistes méruviens du groupe Méru-ensemble s’associent à ce voeu adopté par le Conseil général de l’Oise.

Vœu déposé par le Groupe communiste, relatif à la situation de l’entreprise Faurécia Méru.

Considérant que les salariés de l’entreprise Faurécia Méru sont détenteurs d’un savoir-faire technique qui a longtemps bénéficié et bénéficie encore à cette dernière, qu’ils sont attachés à l’identité de l’entreprise, à son développement et qu’ils ont laissé dans cette unité de production une grande part d’eux-mêmes,

Considérant que le groupe Faurécia est fiscalement domicilié dans un paradis fiscal (La Barbade), grâce auquel il échappe à l’impôt sur les dividendes et sur les plus-values, sous couvert d’un enchevêtrement de sociétés et de holdings,

Considérant que les licenciements prévus par Faurécia s’ajoutent au fait que la situation économique et l’attractivité du pays de Thelle et de la commune de Méru sont déjà fortement dégradées.

***

Nous exigeons que s’engage un travail de prospective stratégique pour l’attractivité du territoire et l’emploi, associant tous les élus et les acteurs publics, quels que soient leurs engagements, dès lors qu’ils partagent cet objectif,

Nous souhaitons que l’Etat prenne toutes les mesures utiles à la réanimation économique du pays du Thelle, et que les services du Ministre en charge du Redressement productif, examinent les possibilités de sauvegarde de l’emploi chez Faurécia Méru,

Nous appelons l’entreprise Faurécia qui a semble-t-il bénéficié des largesses fiscales de La Barbade, à mettre à contribution les réserves qu’elle a tirées de ce montage pour sauvegarder les emplois du site,

Nous affirmons notre solidarité et notre soutien sans faille aux femmes et hommes qui ont largement contribué au développement de l’usine et qui sont aujourd’hui menacés de licenciement.

 

 

Quel Centre culturel à Méru ?

Communauté de Communes, culture, Urbanisme, Ville 1 Commentaire »

Nous, conseillers municipaux socialistes, nous sommes opposés au choix du maire de Méru et de sa majorité, sur le lieu de l’implantation du futur centre culturel.

Nous pensons en effet que Méru DOIT se doter d’un tel équipement, mais la décision de l’implanter place du Jeu de Paume est une erreur. La surface réservée à cet endroit est très insuffisante, à un tel point qu’il faudra empiler 5 niveaux. Nous allons ainsi nous doter d’une « tour » avec des espaces réduits qui ne permettront pas de recevoir avec aisance les expositions, et de ne disposer que de salles d’évolution limitant le nombre des participants.

L’expérience de la médiathèque, qui se révèle déjà d’une surface insuffisante pour une population locale qui est en pleine évolution, risque fort de se répéter.

Nous découvrirons très vite les mêmes insuffisances pour le futur centre culturel.

La majorité municipale a implanté successivement – sur ce quartier où existait le cinéma -, le centre fiscal, la médiathèque, la Poste. Maintenant elle veut y ajouter le Centre culturel. Nous connaissons déjà de gros problèmes de circulation et de stationnement dans ce quartier.

Doit-on en rajouter ?

Nous nous opposons à un autre projet :

Jumelé au Musée de la Nacre, il existe un magnifique bâtiment dans lequel la communauté de communes veut aménager un hôtel (!).

Une aberration ! Il ne proposera que 25 chambres de « haut de gamme ». Ce qui pose la question de sa future rentabilité, mais surtout interroge sur le bien-fondé d’engager les deniers publics dans cet aménagement qui sera ensuite confié à la gestion privée.

Hotel pour lequel la Communauté de communes veut transformer le site – porteur de l’histoire de notre Ville – de l’ancienne piscine municipale, en vulgaire parking de nuit !  (seconde aberration!)

 

 

Notre projet de centre culturel :

Quel magnifique Centre culturel dans cet immeuble voisin du Musée de la Nacre !

Quel bel ensemble !

Imaginons :

le Centre culturel,  le Musée de la Nacre, un parcours découverte dans le parc municipal un grand pôle dédié à la culture, la détente, la mémoire de notre Ville, incluant le site de l’ancienne piscine municipale !

Un projet résolument moderne qui ne trahit en rien le passé historique de la capitale de la Nacre, mais au contraire le sublime !

Déjà, en 1994, l’esquisse avait été faite de ce qui devait être un

Centre culturel dans sur ce site des anciennes usines Desmarest.

Les documents ci-joints montrent  tout le potentiel offert en ces lieux. Vaste salle bénéficiant d’un bel éclairage naturel.

Lieu d’expositions,

de spectacles,

de conférences,

de séminaires…

Photos Éric Van Ees BeeckPhotos Éric Van Ees Beeck

Comment peut-on abandonner un tel trésor architectural  à un hôtel dont ne bénéficieront que quelques privilégiés de passage !…

Passer à côté de cette opportunité n’est pas seulement une erreur commise par nos élus locaux, c’est une FAUTE qui marquera leur mandat.

James Tellier

Méru qualifiée par l’UFC QUE CHOISIR de quasi désert médical

Actualités, Bonnet d’âne ou cerise, Communauté de Communes, conseil municipal, Politique de santé, Santé publique, Ville 1 Commentaire »

L’UFC Que Choisir vient de publier une enquête sur la fracture sanitaire, dans laquelle est présentée une étude nationale exhaustive de la localisation des médecins. Il s’agit d’une cartographie médicale, commune par commune.

On y apprend hélas que Méru, est un quasi désert médical, l’accès aux soins étant qualifié dans l’enquête de « difficile ». Ainsi, l’UFC Que choisir rapporte que le nombre de généralistes, de gynécologues et d’ophtalmologistes est très insuffisant. Méru, avec une densité moyenne de médecins généralistes de l’ordre de 54 médecins pour 100 000 habitants, est très en dessous de la moyenne nationale, de l’ordre de 89 médecins pour 100 000 habitants.

Ce constat que nous faisons depuis très longtemps est donc confirmé par l’enquête détaillée d’une association dont l’impartialité ne peut être mise en cause.

L’actuelle majorité a une grande responsabilité dans la fracture sanitaire qui s’est développé dans notre ville. On voit bien d’ailleurs que d’autres communes, ayant su anticiper les besoins de leur population ont des résultats en matière d’offre médicale bien plus encourageants que les nôtres.

A titre de comparaison, l’enquête qualifie l’accès aux soins dans les villes de Chambly et de Montataire de « satisfaisant ».

Notre Ville n’offre pas aux médecins, les garanties suffisantes en matière de qualité de vie et d’attractivité, ce qui est de la responsabilité directe de l’équipe municipale actuelle. Le fait qu’elle soit restée sans réaction face aux fermetures successives de tous les services de notre hôpital,  la maternité en 2000, la chirurgie, puis la médecine et les urgences cette année, ne peut être interprété, par les jeunes médecins en quête d’implantation, que comme le signe d’un manque d’ambition fort dissuasif. L’absence de structures d’accueil n’aide pas à prendre la décision de s’installer dans notre canton.

Nous profitons du débat sur le Scot (schéma de cohérence territorial) pour mettre le doigt sur ce problème majeur posé à notre ville. Nos élus locaux ont le devoir de prendre, enfin, à bras le corps ces problèmes de santé publique.

Nous, élus socialistes méruviens, n’avons AUCUNE représentation dans le Conseil de la communauté de commune des Sablons (selon la volonté du Président de la C.C et du maire de Méru). Nous mettons cependant à profit ce débat pour poser ces questions et tenter d’éveiller nos élus sur ce qui devrait être la préoccupation numéro 1 pour les mois et années à venir : la santé publique.

Enquête: http://www.quechoisir.org/sante-bien-etre/systeme-de-sante/communique-acces-aux-soins-l-ufc-que-choisir-presente-la-carte-de-l-intolerable-fracture-sanitaire

 

 

 

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD