Liberté d’expression, démocratie et élus locaux

Bonnet d’âne ou cerise, Communauté de Communes Pas de commentaires »

Alain Letellier et Yves Leblanc ont quelques points communs : ils aiment le pouvoir sans partage, n’acceptent aucune opposition, et s’emportent violemment, allant jusqu’à humilier publiquement le « pauvre » conseiller qui a eu l’outrecuidance de douter de la pertinence de telle ou telle décision. Ils sont nombreux à avoir subi les foudres de leur président lors de réunions de la Communauté de Communes des sablons. Comme le révèle le courrier Picard dans son édition du jeudi 22 décembre dernier (voir ci-dessous), le dernier à s’être vu vertement invité à  « s’écraser » est son collègue maire de Villeneuve les Sablons.

Ses victimes ne sont pourtant pas de ses opposants politiques. Encore faudrait-il que ces derniers aient le droit de siéger dans cette Assemblée de la Communauté de communes des Sablons. Le maire UMP de Méru ayant purement et simplement décidé qu’aucun conseiller de gauche ( pourtant élus avec 49% des suffrages méruviens) n’auraient de délégation au sein de la CCS. Sur 12 conseillers méruviens, 12 sont de droite ! Ce, bien entendu avec la bénédiction de son ami Alain Letellier.

Car la gauche est ici interdite :

– Les militants sont « virés » du marché de St Crépin par le maire en personne, avec «  interdiction d’y distribuer des journaux ».

– A Méru, les conseillers municipaux ont droit à une indemnité mensuelle d’environ 300 €… mais seulement les « politiquement corrects », car les conseillères et conseillers de gauche n’y ont pas droit !

Quant aux journalistes, ils sont instamment priés de n’écrire que ce que notre maire et notre président de C.C leur indique, sinon… le premier est prompt à téléphoner à leur direction de rédaction pour leur indiquer comment ils doivent travailler, et le second les invective, les menace ou leur donne ses consignes en séance publique.

Vive la démocratie. Vive la liberté d’expression.

James Tellier

 

Sur les sommets du désespoir

Actualités, Bonnet d’âne ou cerise, Internationales, nationales Pas de commentaires »

Enième sommet de crise ou énième crise au sommet, après la réunion des pays membre de l’Union Européenne la semaine dernière, pour tenter de sauver les Etats menacés de faillite par les banques et les agences de notation. Nous assistons à une répétition des mesures  économiques dangereuses qui caractérisent une politique économique gouvernée par l’absurdité.

Les solutions données  à la panique spéculative sont effarantes. Face à l’augmentation par les banques des taux d’intérêts des Etats endettés, augmentant encore plus leur dette,   les Etats touchés répondent par des politiques d’austérité. Ces politiques entrainent une baisse de la croissance qui a pour effet des pertes de recettes fiscales ayant elles-mêmes pour effet d’annuler l’effet des réductions de dépense. Autant dire que les mesures d’austérité renforcent la toxicité des économies des Etats. La dette, est devenue par la force mystérieuse des agences de notation, l’ennemi public numéro un ! Une règle d’or pour les leaders de sommet européens : avoir l’horreur de la dette !

Toutes ces attaques sont hypocrites, elles ont pour effet de dissimuler les vraies responsabilités, celles du monde de la finance et celles des politiques libérales. On oublie qu’en 2008, les Etats ont remis sur pied les banques qui depuis lors, cumulent les profits.  Par ailleurs toutes ces attaques contre la dette, qui a bon dos, ont pour objectif de cacher des idées politiques néo-libérables inflexibles telles que celles de Berlusconi près de chez nous. En France, l’ère glaciaire de l’austérité décidée par la droite a commencé, se répète, recommence.

Nous assistons à travers ces énièmes sommets aux énièmes agitations du président de la République Nicolas Sarkozy voulant se poser en sauveur de l’Europe. Depuis 2008 il tente de se faire appeler Monsieur de la régulation financière, or il répond plus facilement au nom de Monsieur régression.

Sarkozy a préconisé une Europe punitive, avec sanctions budgétaires des Etats qui laisseraient trop leur dette filer, et préconise aussi une France punitive surtout en direction des plus pauvres.

Plus que jamais le capitalisme en France est récompensé, les banques sont remerciées. Pour exemple alors que la garantie de l’Etat est apportée au sauvetage de Dexia, les anciens dirigeants perçoivent indemnité de départ et retraite chapeau – jusqu’à 50 000 € par mois pendant vingt ans, soit 12 M€ pour avoir mis la banque en faillite !

La croissance est à zéro mais le chômage est au plus haut. Près d’un million de chômeurs en plus depuis mai 2007. Récemment, deux plans d’austérité ont été décidés par le Gouvernement : 18 Md€ de sacrifices pour les uns et des largesses aux autres avec la suppression de la 1ère tranche de l’Impôt sur la Fortune. Un rapport de la Cour des Comptes souligne d’ailleurs  que « la moitié du déficit public en France est lié à la politique budgétaire » du Président Nicolas Sarkozy.

L’idée obsédante de règle d’or budgétaire prônée par la droite dans le but de dépolitiser le débat sur la politique économique à mener est révélatrice de la volonté de déresponsabilisation des chantres du libéralisme.

La politique d’austérité menée par le gouvernement est une politique de droite, rappelons-le à la place de ceux qui ne veulent pas l’assumer.  C’est une politique qui ne donne aucune perspective pour les plus fragiles, au sommet du désespoir. C’est une politique qui fabrique non plus des indignés mais des désespérés.

Sachons en face, à gauche, prôner des mesures d’espérance pour porter enfin l’alternance nationalement.

Anaïs Gallier

 

 

UNE FIN D’ANNEE VERS LE CHANGEMENT

Ville Pas de commentaires »

Avec le mois de décembre arrive la fin de l’année, période où on se retrouve en famille pour fêter Noël et passer d’une année à l’autre avec autant de joie et d’enthousiasme que possible.

Le contexte général n’est malheureusement pas favorable et c’est davantage l’inquiétude et la difficulté de vie qui hantent nos esprits. Les mesures de rigueur prises par le gouvernement de MM. Sarkozy et Fillion, comme par exemple la hausse de la TVA, ne font qu’accroitre ces difficultés, sans relance de l’économie par un soutien de la croissance et de l’emploi.

Au plan local, l’urbanisation de la ville se poursuit, de nouveaux programmes d’habitat sont lancés ou envisagés, sans que la Municipalité ait préalablement développé l’emploi local et les services adaptés, par exemple en matière d’accueil de la petite enfance. Pis, notre ville voit certains services publics disparaître comme l’hôpital, ce qui constitue une grave régression en matière de santé publique.

Méru vit sur ses acquis, très anciens, ne connaît aucun dynamisme économique et voit au contraire des emplois partir vers des villes qui savent rendre attractives leurs zones d’activité industrielle ou commerciale ; c’est le cas des derniers emplois de l’usine Creyssensac qui ont été transférés à Chambly.

Au plan national l’échec de la politique Sarkozy est flagrant, et jamais un président de la République n’a été aussi peu apprécié par l’opinion publique quelques mois avant une élection présidentielle. Le pays a besoin du renouveau responsable, empreint de justice et d’équité que propose François Hollande.

Ce changement d’année marquera le début de la campagne de présentation et d’explication d’un programme qui doit redonner toutes ses qualités à la fonction de président, toute sa place à la France et une juste considération à l’égard de tous les citoyens, en particulier les jeunes qui souffrent aujourd’hui d’une absence totale de perspectives. C’est l’enjeu de l’élection présidentielle et le sens de la candidature de François Hollande dans la situation sociale, économique et financière désastreuse d’aujourd’hui, avec un endettement considérablement alourdi sous l’ère du président Sarkozy.

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année et vous donne rendez-vous début 2012 pour engager un dialogue, celui qui doit conduire à l’élection de François Hollande et au changement dont nous avons besoin.

Hervé DE DEROY


… en attendant, Joyeux Noël à toutes et à tous,

de la part de toute l’équipe Méru Ensemble !


 

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD