Hôpital de Méru : Fermeture du service de Médecine

conseil municipal Ajouter un commentaire

Conseil Municipal du 13 décembre 2010

Après l’annonce soudaine faite au personnel de la fermeture du service de médecine générale de l’Hôpital de MERU, nous voulons dénoncer le caractère révoltant d’une mesure qui est une atteinte au service public de santé pénalisant fortement notre territoire et ses habitants, une décision également révoltante car elle est prise sans aucune information préalable des personnels et populations concernés, a fortiori sans aucune concertation préalable.

Nous sommes stupéfaits que la seule information donnée soit effectivement l’annonce de la décision quelques semaines seulement (moins d’un mois) avant le caractère pleinement effectif de la mesure, quelques jours seulement (moins d’une semaine) avant l’arrêt de l’accueil de nouveaux patients au sein du service.

Aucune concertation n’a été engagée, ni auprès du personnel, ni auprès de la population, ni devant le Conseil municipal.

Il est impossible que les membres du conseil de surveillance de l’hôpital n’aient pas été associés à cette décision, notamment les représentants des collectivités territoriales qui y siègent, et particulièrement vous, M. le Maire.

Pourtant, jamais le Conseil municipal n’a été tenu informé de la moindre réflexion engagée sur ce sujet, jamais les élus municipaux n’ont été avertis d’un risque éventuel de recul majeur du service public sur le territoire de la commune.

L’observation vaut également pour le Conseil Communautaire des Sablons qui n’a pas davantage été alerté.

Il est scandaleux que l’on ait cherché à dissimuler aussi longtemps que possible  un projet assurément murement réfléchi dans les bureaux de l’Agence Régionale de Santé et du Ministère, comme dans les couloirs des Mairies concernées, en particulier celle de MERU.

Il est clair que la décision a été prise dans le secret pour tenter d’empêcher les réactions légitimes qu’une telle décision pouvait susciter. C’est une attitude coupable, irresponsable et indigne de la part des autorités sanitaires et du Maire UMP de MERU qui sert en bon petit soldat la politique de régression du service public traduite dans la loi Bachelot. Vous n’éprouvez d’ailleurs aucune difficulté à le faire puisque vous faites de même pour le service public communal : suppression pure et simple, et masquée lorsque cela est possible, des services que vous jugez superflus et coûteux, quelle que soit l’utilité publique reconnue, réduction des moyens et des emplois publics pour les services dont le maintien s’impose à vous.

Alors que la ville s’est fortement mobilisée dans les années 90 pour moderniser le plateau technique de la chirurgie et défendre la maternité, le regroupement des hôpitaux de Méru et de Beaumont au sein du CHIPO a conduit au départ de ces deux services. Aujourd’hui c’est la fermeture de la médecine générale, et on ne peut que s’interroger et s’inquiéter : est-ce que cela ne marque pas la fermeture prochaine des urgences et la suppression totale de l’établissement hospitalier faisant de MERU et sa région un désert sanitaire. En quoi cette disparition progressive du service public de santé fortement préjudiciable au territoire est-elle compatible avec l’ambition que vous affichez de faire de MERU la capitale du Sud-Ouest de l’Oise ?      

Là encore, on voit bien qu’entre le discours et la réalité de l’action, l’écart est grand !

Cette prise de décision est incohérente et irréfléchie compte-tenu de l’évolution démographique toujours plus forte que le sud-ouest de l’Oise est amené à connaître, notamment au travers des programmes de construction prévus à MERU, et à l’heure où s’élabore le Schéma de Cohérence Territorial dont l’objet est notamment de s’assurer que le niveau des équipements publics est bien adapté à la réalité des besoins sociaux.

Les raisons budgétaires évoquées pour expliquer cette décision ne tiennent pas, pas plus que d’éventuelles erreurs d’investissement réalisées à BEAUMONT telles que vous avez pu les évoquer, M.le Maire. La question posée est bien celle de la Santé Publique, du service public dont on sait que par définition il ne peut pas reposer sur un principe d’équilibre financier, son objet étant d’assurer une couverture de soins sur un territoire, tous les soins, toutes les prises en charge, pour l’ensemble de la population.

La Santé Publique est une fois de plus mise à mal dans notre ville. MERU ne doit pas perdre un établissement hospitalier de proximité qui permet de garantir la rapidité de prise en charge des patients et d’éviter des déplacements longs et compliqués pour les malades et leurs familles.

Face à ce constat nous entendons participer très activement au large mouvement de mobilisation qui doit absolument s’opposer à cette délocalisation du service de médecine dont on voit bien en définitive – dans la continuité des démantèlements précédents (le transfert de la maternité et de la chirurgie) – qu’elle ne peut que conduire à une fermeture définitive de l’Hôpital de MERU voulue par le Gouvernement et accompagnée par le silence complice du Maire UMP de MERU et de sa Municipalité, sous couvert d’un discours de rationalisation des choix budgétaires qui ignore délibérément l’intérêt public et livre la santé aux appétits du secteur privé.

Dès la semaine dernière et tout ce week-end, nous avons engagé une large information et sensibilisation de la population, notamment par le lancement d’une pétition qui rencontre un large écho.

Parallèlement, nous vous proposons l’adoption d’un texte par lequel le Conseil Municipal affirmerait de façon unanime sa volonté forte de défendre l’Hôpital de MERU en s’opposant à cette décision de fermeture du service de médecine. Nous avons volontairement choisi une rédaction consensuelle pour que le rassemblement puisse s’opérer sur un texte, notre seul objectif étant de tout mettre en œuvre pour défendre l’Hôpital.

Il serait également demandé aux représentants de la ville à la Communauté de Communes des Sablons de faire adopter la même résolution lors de la séance du Conseil Communautaire qui se réunit le 16 décembre prochain.

Le texte de la motion pourrait être le suivant :

Réuni en séance le 13 décembre 2010, le Conseil Municipal de MERU, après l’annonce de la fermeture du service de médecine dans les locaux de l’Hôpital de MERU :

- proteste contre le fait que cette décision ait été prise sans la moindre information de la population et sans concertation préalable des élus locaux et du personnel

- exprime sa désapprobation face à une mesure qui va à l’encontre des besoins d’accès à la santé publique pour un territoire en pleine expansion démographique

- s’oppose à cette délocalisation d’un service essentiel pour le maintien d’une unité hospitalière à MERU

- demande aux autorités sanitaires et aux pouvoirs publics de reconsidérer cette décision et d’ouvrir une nouvelle réflexion concertée permettant d’assurer le maintien de l’accueil hospitalier dans la ville

- mandate les représentants de la ville à la Communauté de Communes des Sablons pour faire adopter la même résolution lors de la séance du Conseil Communautaire du 16 décembre prochain

Hervé De Deroy,

Président du groupe « Méru Ensemble »

Un commentaire relatif(s) à “Hôpital de Méru : Fermeture du service de Médecine”

  1. abraham Dit:

    Né à Méru lorsque la maternité existait(Méru avait alors 5000 habitants!) Opéré à Méru lorsque la chirurgie existait!Soigné et guéri en médecine par un personnel
    compétent et humain quelle honte de fermer ce dernier service à la population toujours grandissante de Méru et son canton!!

Laissez une réponse

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD