Municipales à Méru: Hervé De Deroy ouvre une nouvelle étape de sa campagne

Politique de santé, Santé publique, Ville 1 Commentaire »

stand1310a.r2

Hervé De Deroy, tout au long de ce dimanche de Foire d’octobre, était à la rencontre de ses concitoyens sur un stand accolé au buste de Jean Jaurès, place du 14 juillet.

foire d'octobre Bonnehumeur. r

Il s’est longuement entretenu avec un grand nombre méruviennes et méruviens dont plusieurs  ont manifesté leur intention de contribuer activement à la campagne des élections municipales au sein de l’équipe qui entoure notre candidat Hervé De Deroy.

Tous les thèmes de la vie locale, emploi, éducation, urbanisme, logement, santé, sécurité, culture, sport ont été abordés, thèmes développés sur le stand avec une exposition intitulée « 1995 -2014, le vrai bilan de la municipalité UMP ».

Dans les semaines à venir le dialogue va se poursuivre avec les habitants au travers de rencontres dans les quartiers, dans notre permanence, 77 rue des Martyrs de la Résistance à Méru, et par vos réactions, vos commentaires sur ce blog.

Successivement, semaine après semaine, nous allons vous proposer une thématique.

Cette semaine: La santé

Affiche santé.r

 

 A lire également les articles publiés sur ce blog, sur le thème de la santé: (lien suivant) Santé 

Le jeu d’Autruche du maire UMP Yves Leblanc et de son équipe

Bonnet d’âne ou cerise, conseil municipal, Economie locale, Politique de santé, Urbanisme Pas de commentaires »

autruche Méru1Aujourd’hui, à Méru, la droite UMP essaie, non sans peine, d’avancer masquée.

Lors de ses vœux pour la nouvelle année 2013, le maire de Méru Yves. Leblanc, nous avait présentés, la personne que son équipe UMP a semble-t-il choisie pour lui succéder.

Le magicien nous avait fait un de ses tours UMPiens, en nous présentant un membre de son équipe UMP, son adjointe Mme Nathalie Ravier, se prétendant candidate sans étiquette politique.

Avec un tel tour de passe passe, l’équipe UMP insulte l’intelligence des méruviens en général et en particulier de ceux qui ont accordé leur confiance à M. Yves Leblanc en 2008.

La réalité c’est que la décision de M. Yves Leblanc, de ne pas briguer un nouveau mandat et l’avancée masquée de l’UMP, avec Mme Nathalie Ravier se prétendant une candidate sans étiquette est un aveu d’échec. Incapables d’assumer un bilan catastrophique de 18 années de gestion municipale, l’équipe UMP fait le jeu de l’autruche, comme si les méruviens étaient dupes et aveugles.

Trois mandats menés en fanfare, sur le thème de l’insécurité, pour des résultats plus que maigres, puisque notre ville vient d’être déclarée zone de sécurité prioritaire (ZSP).

« Les ZSP ont été définies, en fonction de critères objectifs de gravité déterminés – dans le cas de notre ville- par la direction générale de la gendarmerie nationale. L’analyse de l’évolution de la délinquance montre une forte montée de l’insécurité, de 190 % pour l’ensemble des indicateurs particulièrement entre 2010 et 2012. Les vols liés à l’automobile ont progressé de 380 % en 2010 et les cambriolages des résidences principales et secondaires ont connu une forte hausse de 41 % en 2012 »[1].

Au lieu de reculer, la délinquance s’est bien enracinée dans notre ville, parce que la prévention des racines de celle-ci n’a jamais été la priorité de M. Yves Leblanc et de son équipe UMP.

La perte de l’hôpital est également une triste illustration d’une politique d’isolement menée, par l’équipe en place de M. Yves Leblanc et sa colistière Mme Nathalie Ravier.

La politique d’urbanisme du maire et de son équipe UMP, se résume à confier les terrains disponibles à des promoteurs privés, qui en l’absence de projets municipaux, ne se soucient que d’une rentabilité maximum, sans tenir compte des besoins des anciens et des nouveaux méruviens: développement économique générateur d’emploi, centre de santé, logement, places dans les crèches, écoles aux normes, structures pour nos jeunes, espaces culturels dignes pour nos artistes et nos associations, commerces de proximité et animation du centre-ville, transport, résidences pour personnes âgées, espaces verts, etc.

Une telle politique a déstructuré notre cité et a fait de Méru une ville-dortoir. Mme Nathalie Ravier s’est d’ores et déjà engagé à poursuivre cette politique désastreuse pour notre ville.

Disons Stop .  Méru mérite beaucoup mieux que de devenir une ville dortoir et une simple friche industrielle.

Mostapha

[1] ASSEMBLÉE NATIONALE , Rapport N° 258, PAR M. Jean-Pierre BLAZY, rapporteur.


Méru : images de ruine et d’abandon.

Communauté de Communes, conseil municipal, Economie locale, Politique de santé, Urbanisme, Ville Pas de commentaires »

hp-en-ruine1Les bâtiments de l’hôpital de Méru agonisent.

En 1995 notre Ville était dotée d’un hôpital, l’Hôpital Albert Degrémont .  Un Hôpital qui faisait le fierté des habitants du canton de Méru. Avec sa maternité, ses services de chirurgie, son plateau chirurgical flambant neuf, de médecine, d’urgences… Nous avons vu tous ces services s’éteindre les uns après les autres sans la moindre réaction des élus locaux.  (voir les articles publiés sur ce blog)

Désormais va-t-on assister impuissants à la gangrène, puis la mort, de tous les bâtiments construits, grâce aux dons de nos aînés, au cours du siècle dernier ?

C’est ce à quoi nous assistons hélas : cette gangrène ronge déjà une aile,  dans la grande indifférence, là encore, de nos élus locaux. Nous connaissons déjà le système de défense : « ce n’est pas de notre ressort …»

Quelle image d’entrée de Ville !… Cette ruine accueil nos visiteurs en provenance de Gisors, Chaumont en Vexin.

La même image d’abandon et de ruine est réservée, depuis 15 ans (!) aux visiteurs venant du Val d’Oise, en passant devant la friche industrielle qui fait face à notre caserne des sapeurs-pompiers.sogeca3

Comment s’étonner du peu d’engouement des investisseurs à s’arrêter dans notre Ville ?

C’est le triste bilan de 3 mandats de gestion d’une majorité UMP.

Pendant ce temps les villes voisines de Gisors, Beauvais et Chambly ont connu un développement  fort enviable de ses activités, de ses services publics, et de ses créations d’emplois. Des villes où les équipes municipales, sans distinction de leurs appartenances  politiques (Chambly et Gisors gérées par des socialistes, Beauvais par la droite), ne passent pas leur temps à gémir « c’est pas ma faute, c’est celle de la Région, du Conseil général, de l’Agence Régionale de la Santé… ou du Gouvernement… ».

La candidate à sa succession, désignée par le maire sortant, jure partout son « apolitisme ». Est-ce pour se dédouaner de ce bilan calamiteux?  Fière de ce bilan ?

Allons mesdames et messieurs les élus sortants, à l’heure du bilan, ASSUMEZ ! 

James TELLIER

 

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD