NON au projet d’hôtel dans le bâtiment annexe du Musée de la Nacre !

Bonnet d’âne ou cerise, Communauté de Communes, culture, Economie locale, Urbanisme, Ville 2 Commentaires »
  • centreculturel2
  •  Parce que ce site doit rester un espace de culture et de loisirs au bénéfice et au service de tous les habitants
  •  Parce que les règles d’urbanismes (Plan Local d’Urbanisme)  ne sont pas respectées.
  •  Parce qu’une collectivité locale n’a pas vocation à engager des fonds publics pour un équipement commercial à caractère privé.
  •  Parce que ce projet implique scandaleusement de transformer en vulgaire parking privé le site de l’ancienne piscine municipale, page de notre patrimoine historique.

Nous, signataires de cette pétition, demandons l’abandon de ces projets

Voir article publié sur ce blog le 10 avril 2013:

Méru: un projet d’hôtel incohérent, financé sur les deniers publics, au service d’intérêts privés.

Nom:

Adresse e-mail:

Prénom (Ne sera pas publié):

Vous pouvez laisser un commentaire:

Ne pas faire apparaître mon non sur la site:

Dupré,
Encore un projet essentiel pour les méruviens !!!

FARDEL,

DE DEROY,
Protégeons ce patrimoine et la mémoire méruvienne en consacrant la vocation culturelle de l'ensemble de ce site.
Le projet mercantile d'une hôtellerie de haut de gamme n'a pas sa place en ce lieu.

xxxxxxxx,

cervantes,

Depriester,

GUILLAU,
Pas de deniers publics pour enrichir le privé.
De plus sur un site culturel s'est scandaleux défendons notre patrimoine qui à Méru est limité!

Le Guein,

xxxxxxxx,

DIOP,
Le cœur d'un projet municipal c'est bien la sauvegarde du patrimoine, du tissu culturel. Ce projet est en deçà de l'attente des mériviens.
Aux orties cette équipe en place.
Mactar

pieux,

Tellier,

CHAPELOUX,
Ce lieu a accueilli en résidence des artistes de renommée internationale, des plasiciens : J-L Poivret, M. Mac Donald,David Jones...des musiciens comme Bertignac. Certains sont intervenus dans les écoles, c'était au temps où la culture à Méru n'était pas un mot abstrait.

DAFFLON,
Rappelons à l'équipe municipale ainsi qu'au président de la Communauté de Communes que l'intérêt général prévaut l'intérêt particulier !
Un hôtel un Méru ? Oui, mais pas au détriment de notre patrimoine culturel ! Et encore moins financé par des fonds publics !

Mazouzi,
Le patrimoine est une mémoire collective qui forge notre identité présente et futur.
Imaginez que vous perdiez la mémoire. Vous n’avez aucun souvenir de votre enfance, vous
ne reconnaissez plus vos objets personnels. Vous n’avez aucune idée de comment vous êtes devenu la personne qui vous regarde dans le miroir. Tout vous semble étranger et tout vous fait peur. Vous avez perdu votre identité...
L’amnésie des peuples est aussi cruelle et aussi dangereuse que l’amnésie des individus. Or, nous disposons d’un outil précieux qui témoigne de notre passé et qui nous aide à construire notre avenir. Il s’agit de notre patrimoine. Ce patrimoine, c’est une chance, mais aussi une responsabilité. Nous devons le protéger, le partager et le transmettre.
Le complexe industriel qui abrite aujourd'hui le musée de la nacre est à la fois représentatif de l'industrie tabletière méruvienne et d’une période de croissance économique importante qualifiée de Révolution industrielle.
C’est de cette époque faste que la ville de Méru conserve le surnom de « Capitale de la nacre ». C’est donc l’identité de notre ville.
Défigurer ce site c’est défigurer l’identité même de Méru et lui faire perdre sa mémoire.
Allons nous laisser faire les destructeurs de la mémoire de notre ville ???

xxxxxxxx,
site non approprie au projet

HENIN,

Gautier,
Ce n'est ni une priorité ni un besoin !

delabarre muller,

Thouvenin,

masselin,

xxxxxxxx,
Une résidence d'artistes à Méru, si c'est un rêve pour notre ville, ce n'est pas une utopie, cela permettra de mettre en réalité le fait que l'on peut y être bien et y créer!

Gruet,
Ancienne Méruvienne, j'ai la nostalgie du Méru de mon enfance, avec sa piscine, son cinéma, ses petits commerces avec la quinzaine commerciale de décembre.... On était dans les années 60.... Réhabilitons notre patrimoine au lieu de le livrer au public !

Gallier,

THULLIER,
Je rêve que ce lieu devienne à nouveau un centre culturel : expositions, concerts, résidences d'artistes...etc...

THULLIER JP,
Pourquoi ne pas faire de ce bâtiment un projet culturel associé au musée, pour le compléter et y adjoindre des manifestations. Et réhabiliter le site de l'ancienne piscine pour compléter le tout.

HEYNER,
Comment peut-on penser qu'un "projet d'hôtel 3 étoiles" puisse aider à la cohésion d'une population, tellement éprouvée par des conditions de vie difficile, qui, de jour en jour, se fracture encore plus ?
D'évidence, une des solutions est de travailler à rassembler, en développant des programmes culturels et sociaux pour tous !

Abraham,
A quand la décision? ?

Méru: un projet d’hôtel incohérent, financé sur les deniers publics, au service d’intérêts privés.

Communauté de Communes, culture, Le Méruvien, Urbanisme Pas de commentaires »

centreculturel2Depuis  la première annonce du projet d’ hôtel  dans le bâtiment annexe du Musée de la Nacre, les élus de gauche au Conseil municipal de Méru n’ont cessé d’exprimer leur désaccord sur ce projet. En séance du Conseil municipal comme auprès de la presse locale et sur ce même blog, nous avons manifesté notre hostilité à ce projet.

Alain Letellier semble (selon ses réactions dans la presse) découvrir cette opposition qu’il attribue à notre « rentrée en campagne des municipales ». Sans doute aurait-il entendu nos arguments dès le début, s’il n’avait soutenu, voire incité, la majorité municipale UMP de Méru, à  exclure  les élus de gauche de représentation au sein de la Communauté de Communes des Sablons. Belle conception de la démocratie lorsque près de 49% des électeurs méruviens n’ont aucun représentant dans une assemblée qui décide de la quasi totalité des  choix de leurs équipements collectifs.

Les raisons de notre opposition au projet d’hôtel sont multiples.

Le coût et le non-respect des règles d’urbanisme

Les élus locaux ne communiquent pas beaucoup sur ce point. Les seuls chiffres  portés à la connaissance du public sont les sommes inscrites au budget 2013 de la CCS : 1 500 000 euros pour l’hôtel.

Il est permis de le penser, comme toujours dans ces constructions, le coût réel final risque de se révéler infiniment plus élevé. Déjà, deux avis défavorables de la Commission départementale de sécurité, les 6 mars et 17 juillet 2012, ont obligé à des aménagements supplémentaires.  S’y ajoute le recours à un cabinet juridique pour le choix d’exploitation et le montage éventuel du dossier d’appel d’offres (non chiffré)

Ensuite, toujours aux frais des contribuables,  vient le coût (combien ?) de l’aménagement en parking privé fermé (réservé aux clients de l’hôtel).  Circonstances aggravantes:

- a) ce parking serait aménagé sur le site de l’ancienne piscine construite par les chômeurs méruviens en 1934.

plaque-pisine 1934 2

 

Ce site porteur de l’histoire locale, réduit à un vulgaire parking, cela traduit un certain mépris pour le patrimoine historique de notre Ville

– b) les prescriptions du PLU ne sont pas respectées:  notamment l’obligation, pour un hôtel, d’aménager les surfaces de stationnement qui lui font défaut sur un autre terrain situé à moins de 100 m de son implantation. Or la distance entre ce bâtiment et le site de l’ancienne piscine est de près de 200 mètres.

L’argent des contribuables au service d’intérêts privés.

Est-il moral, voire légal, d’engager les deniers publics pour des équipements qui ne bénéficieront pas aux contribuables du canton, mais à des gens de passage suffisamment aisés pour payer des nuités à 100€ dans des chambres ou plus encore dans des suites.

Il est indécent d’engager l’argent des contribuables sur un projet aussi onéreux, quand, dans le même temps, le président et les élus de la CCS refusent d’engager le moindre centime pour doter Méru et son canton d’une structure médicale qui nous manque si cruellement après la fermeture de l’hôpital !

Quand Alain Letellier dit-il la vérité ?

Sur la demande de permis de construire il est écrit: « L’objet de la présente demande de permis de construire est la transformation d’un magasin d’usine désaffectée en hôtel 3 étoiles afin de compléter l’offre d’accueil du musée de la nacre et de la tabletterie. »

Visiblement, il s’agit là de la version destinée à séduire et emporter l’adhésion de la Direction régionale des affaires culturelle (DRAC), car pour tenter de rassurer des élus qui se posent des questions sur la vocation réelle de cet hôtel, Alain Letellier explique:  » Il existe une forte demande de la part des entreprises des Sablons (Faurecia, EJ Hempel par exemple) pour héberger leurs cadres. »(extrait de compte rendu de la CCS)

Il s’agirait donc bien d’un financement par la Communauté de communes des Sablons, au frais des contribuables, pour servir des intérêts purement privés. L’argument « culturel » n’est qu’une fausse barbe !

Quand il écrit  » la transformation d’un magasin d’usine désaffectée », il fait fi, là encore de la vérité. Et le maire de Méru qui signe le permis de construire est, lui, complice de cet autre mensonge. De nombreux documents le prouvent:  ce bâtiment n’était plus un bâtiment d’usine désaffectée : de 1989 à 1995 il fut un lieu d’expression culturelle. Des artistes, peintres, sculpteurs et autres plasticiens y ont été accueillis en résidence et de nombreuses expositions , conférences, concerts y ont été organisés.

Et cette affectation de bâtiment à vocation culturelle, ni  Alain Letellier, ni les élus méruviens qui siègent à la CCS ne pouvaient l’ignorer. Il était présent lors de l’inauguration du projet qui préfigurait le Musée de la Nacre et le Centre culturel en décembre 1989. (Ci- dessous un document édité à l’issue de cette inauguration où il apparaît en présence, entre autres,  du Préfet Philippe Massoni et du Maire Guy Vadepied)

Inauguration-montage-photo-613r souvenez vous desmarest.r

Il eut été plus judicieux d’affecter définitivement ce bâtiment à sa vocation de Centre culturel. Un choix homogène dans  un magnifique ensemble dédié à la culture, la découverte, la détente, au service de TOUTE la population  et infiniment moins cher que celui en préparation place du Jeu de Paume: cette tour de 5 étages (faute de surface suffisante au sol) qui va coûter aux contribuables plus de 3 millions d’euros !

Pour toutes les raisons citées plus haut, et pour d’autres que nous développerons encore,  nous avons décidé de mener une bataille contre ces projets, d’alerter nos administrés sur ces incohérences et de lancer une pétition demandant l’abandon de ce projet d’hôtel.

Nous le notons, la candidate méruvienne à la succession du Maire UMP, qui ne s’exprime pourtant sur aucun sujet, a tenu (est-ce une surprise ?) a afficher son soutien à ce projet d’hôtel.

à lire également sur ce même blog : 

(publié le 20 octobre 2012)     Quel Centre culturel à Méru ?

La pétition en ligne:

Privé : NON au projet d’hôtel dans le bâtiment annexe du Musée de la Nacre !

 

James Tellier

Méru : images de ruine et d’abandon.

Communauté de Communes, conseil municipal, Economie locale, Politique de santé, Urbanisme, Ville Pas de commentaires »

hp-en-ruine1Les bâtiments de l’hôpital de Méru agonisent.

En 1995 notre Ville était dotée d’un hôpital, l’Hôpital Albert Degrémont .  Un Hôpital qui faisait le fierté des habitants du canton de Méru. Avec sa maternité, ses services de chirurgie, son plateau chirurgical flambant neuf, de médecine, d’urgences… Nous avons vu tous ces services s’éteindre les uns après les autres sans la moindre réaction des élus locaux.  (voir les articles publiés sur ce blog)

Désormais va-t-on assister impuissants à la gangrène, puis la mort, de tous les bâtiments construits, grâce aux dons de nos aînés, au cours du siècle dernier ?

C’est ce à quoi nous assistons hélas : cette gangrène ronge déjà une aile,  dans la grande indifférence, là encore, de nos élus locaux. Nous connaissons déjà le système de défense : « ce n’est pas de notre ressort …»

Quelle image d’entrée de Ville !… Cette ruine accueil nos visiteurs en provenance de Gisors, Chaumont en Vexin.

La même image d’abandon et de ruine est réservée, depuis 15 ans (!) aux visiteurs venant du Val d’Oise, en passant devant la friche industrielle qui fait face à notre caserne des sapeurs-pompiers.sogeca3

Comment s’étonner du peu d’engouement des investisseurs à s’arrêter dans notre Ville ?

C’est le triste bilan de 3 mandats de gestion d’une majorité UMP.

Pendant ce temps les villes voisines de Gisors, Beauvais et Chambly ont connu un développement  fort enviable de ses activités, de ses services publics, et de ses créations d’emplois. Des villes où les équipes municipales, sans distinction de leurs appartenances  politiques (Chambly et Gisors gérées par des socialistes, Beauvais par la droite), ne passent pas leur temps à gémir « c’est pas ma faute, c’est celle de la Région, du Conseil général, de l’Agence Régionale de la Santé… ou du Gouvernement… ».

La candidate à sa succession, désignée par le maire sortant, jure partout son « apolitisme ». Est-ce pour se dédouaner de ce bilan calamiteux?  Fière de ce bilan ?

Allons mesdames et messieurs les élus sortants, à l’heure du bilan, ASSUMEZ ! 

James TELLIER

 

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD