Développement économique à Méru: le vrai bilan de la majorité UMP

Bonnet d’âne ou cerise, conseil municipal, Economie locale Pas de commentaires »

Nous poursuivons l’analyse thématique du bilan de la majorité municipale UMP.

Cette semaine: le développement économique.

affiche développement économique, blog1

Pendant ce temps, la candidate désignée par le maire sortant pour lui succéder en mars 2014 est restée totalement  silencieuse.

Elle se déclare fière du bilan de celui qui la guide. L’est-elle, fière aussi, sur le plan du développement économique ?

 

NON au projet d’hôtel dans le bâtiment annexe du Musée de la Nacre !

Bonnet d’âne ou cerise, Communauté de Communes, culture, Economie locale, Urbanisme, Ville 2 Commentaires »
  • centreculturel2
  •  Parce que ce site doit rester un espace de culture et de loisirs au bénéfice et au service de tous les habitants
  •  Parce que les règles d’urbanismes (Plan Local d’Urbanisme)  ne sont pas respectées.
  •  Parce qu’une collectivité locale n’a pas vocation à engager des fonds publics pour un équipement commercial à caractère privé.
  •  Parce que ce projet implique scandaleusement de transformer en vulgaire parking privé le site de l’ancienne piscine municipale, page de notre patrimoine historique.

Nous, signataires de cette pétition, demandons l’abandon de ces projets

Voir article publié sur ce blog le 10 avril 2013:

Méru: un projet d’hôtel incohérent, financé sur les deniers publics, au service d’intérêts privés.

Nom:

Adresse e-mail:

Prénom (Ne sera pas publié):

Vous pouvez laisser un commentaire:

Ne pas faire apparaître mon non sur la site:

Dupré,
Encore un projet essentiel pour les méruviens !!!

FARDEL,

DE DEROY,
Protégeons ce patrimoine et la mémoire méruvienne en consacrant la vocation culturelle de l'ensemble de ce site.
Le projet mercantile d'une hôtellerie de haut de gamme n'a pas sa place en ce lieu.

xxxxxxxx,

cervantes,

Depriester,

GUILLAU,
Pas de deniers publics pour enrichir le privé.
De plus sur un site culturel s'est scandaleux défendons notre patrimoine qui à Méru est limité!

Le Guein,

xxxxxxxx,

DIOP,
Le cœur d'un projet municipal c'est bien la sauvegarde du patrimoine, du tissu culturel. Ce projet est en deçà de l'attente des mériviens.
Aux orties cette équipe en place.
Mactar

pieux,

Tellier,

CHAPELOUX,
Ce lieu a accueilli en résidence des artistes de renommée internationale, des plasiciens : J-L Poivret, M. Mac Donald,David Jones...des musiciens comme Bertignac. Certains sont intervenus dans les écoles, c'était au temps où la culture à Méru n'était pas un mot abstrait.

DAFFLON,
Rappelons à l'équipe municipale ainsi qu'au président de la Communauté de Communes que l'intérêt général prévaut l'intérêt particulier !
Un hôtel un Méru ? Oui, mais pas au détriment de notre patrimoine culturel ! Et encore moins financé par des fonds publics !

Mazouzi,
Le patrimoine est une mémoire collective qui forge notre identité présente et futur.
Imaginez que vous perdiez la mémoire. Vous n’avez aucun souvenir de votre enfance, vous
ne reconnaissez plus vos objets personnels. Vous n’avez aucune idée de comment vous êtes devenu la personne qui vous regarde dans le miroir. Tout vous semble étranger et tout vous fait peur. Vous avez perdu votre identité...
L’amnésie des peuples est aussi cruelle et aussi dangereuse que l’amnésie des individus. Or, nous disposons d’un outil précieux qui témoigne de notre passé et qui nous aide à construire notre avenir. Il s’agit de notre patrimoine. Ce patrimoine, c’est une chance, mais aussi une responsabilité. Nous devons le protéger, le partager et le transmettre.
Le complexe industriel qui abrite aujourd'hui le musée de la nacre est à la fois représentatif de l'industrie tabletière méruvienne et d’une période de croissance économique importante qualifiée de Révolution industrielle.
C’est de cette époque faste que la ville de Méru conserve le surnom de « Capitale de la nacre ». C’est donc l’identité de notre ville.
Défigurer ce site c’est défigurer l’identité même de Méru et lui faire perdre sa mémoire.
Allons nous laisser faire les destructeurs de la mémoire de notre ville ???

xxxxxxxx,
site non approprie au projet

HENIN,

Gautier,
Ce n'est ni une priorité ni un besoin !

delabarre muller,

Thouvenin,

masselin,

xxxxxxxx,
Une résidence d'artistes à Méru, si c'est un rêve pour notre ville, ce n'est pas une utopie, cela permettra de mettre en réalité le fait que l'on peut y être bien et y créer!

Gruet,
Ancienne Méruvienne, j'ai la nostalgie du Méru de mon enfance, avec sa piscine, son cinéma, ses petits commerces avec la quinzaine commerciale de décembre.... On était dans les années 60.... Réhabilitons notre patrimoine au lieu de le livrer au public !

Gallier,

THULLIER,
Je rêve que ce lieu devienne à nouveau un centre culturel : expositions, concerts, résidences d'artistes...etc...

THULLIER JP,
Pourquoi ne pas faire de ce bâtiment un projet culturel associé au musée, pour le compléter et y adjoindre des manifestations. Et réhabiliter le site de l'ancienne piscine pour compléter le tout.

HEYNER,
Comment peut-on penser qu'un "projet d'hôtel 3 étoiles" puisse aider à la cohésion d'une population, tellement éprouvée par des conditions de vie difficile, qui, de jour en jour, se fracture encore plus ?
D'évidence, une des solutions est de travailler à rassembler, en développant des programmes culturels et sociaux pour tous !

Abraham,
A quand la décision? ?

Rythmes scolaires : la municipalité rattrapée par son imprévision

Actualités, Bonnet d’âne ou cerise, conseil municipal, société Pas de commentaires »

hdd,cm2013Le Maire de Méru vient d’annoncer sa décision de reporter à l’année scolaire 2014-2015 la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires. Dans un courrier adressé aux parents d’élèves il tente de masquer l’imprévision et l’irresponsabilité d’une équipe municipale qui a traité ce dossier de la plus mauvaise façon, en particulier par un défaut de concertation consternant.

Rappelons l’enchainement des faits qui conduisent à cette décision.

Ce n’est que le 18 mars dernier, soit moins de deux semaines avant la date butoir pour se déterminer, que le Conseil municipal reçoit une communication du Maire sur le sujet. Une communication, c’est-à-dire que le Maire entend ne pas faire débattre sur cette question et prévoit que cela soit une simple information. Le rapport présenté est clair : « la ville de Méru appliquera cette réforme dès la rentrée de septembre 2013 ».

De très nombreux parents d’élèves sont venus ce soir-là assister à la séance du Conseil municipal pour interpeler le Maire sur le contenu du projet, pour connaître la nature des activités périscolaires proposées à leurs enfants, pour exprimer leur point de vue sur l’organisation horaire envisagée.

Refus du Maire de donner la parole aux parents, d’entendre leurs interrogations ; ce n’est que sous la pression que j’ai exercée et l’insistance des parents que le Maire a dû accepter le débat, faute de pouvoir l’éviter. Belle conception de la démocratie locale !…

Grâce à leur initiative, les parents ont obtenu la tenue d’une réunion en mairie quelques jours plus tard.  Cette réunion a pour l’essentiel permis de faire un constat : aucune réflexion sérieuse n’était engagée sur le programme des activités périscolaires ; la seule réponse de la municipalité a consisté à dire que les enfants pourraient faire… des coloriages! Quelle ambition pour une réforme dont l’objectif est la meilleure réussite des enfants dans leurs apprentissages !…

Fuyant sa responsabilité propre, la municipalité a renvoyé à un vote des conseils d’école la décision de mettre ou non en œuvre la réforme dès la prochaine rentrée.

Nous déplorons une situation qui a un double effet :

– les enfants de Méru vont devoir attendre un an pour bénéficier d’une organisation du temps scolaire respectant mieux les rythmes d’apprentissage et de repos, et vont subir le même retard pour accéder à des activités pédagogiques complémentaires très utiles.

– la ville perd le bénéfice d’une dotation financière importante de l’Etat très utile pour financer la mise en place des nouvelles actions périscolaires

L’absence de concertation approfondie de la part de la municipalité, en direction des parents d’élèves comme des enseignants, est la cause de ce qui nous apparaît comme un grand gâchis, une véritable occasion manquée de placer immédiatement l’enfant au cœur d’un projet éducatif local, construit collectivement dans l’intérêt des élèves et des équipes éducatives.

Une telle démarche que nous appelons de nos vœux chaque année, notamment dans les débats budgétaires du Conseil municipal, n’a jamais trouvé comme écho que l’insuffisance, parfois même la réduction progressive et systématique des moyens d’accompagnement qu’une ville se doit d’offrir au service public de l’éducation.

On comprend mieux ainsi que les esprits soient peu préparés à la mise en œuvre de la réforme et que cela ait pu faire naître quelques inquiétudes légitimes chez certains parents et enseignants lorsque le Maire a fait connaître son intention de mettre en œuvre cette réforme dès la rentrée prochaine. La municipalité ayant fait si peu tout au long de ses mandats et n’étant aujourd’hui prête qu’à offrir un coloriage massif aux enfants, il y a effectivement de quoi être inquiets !…

C’est bien dommage pour les enfants.

Hervé DE DEROY

Informations sur cette réforme:

http://www.gouvernement.fr/gouvernement/pourquoi-une-reforme-sur-les-rythmes-scolaires

peillon 1

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD