Hommage à Pierre MAUROY

Actualités, nationales 1 Commentaire »

1004738-Pierre_MauroyPierre Mauroy s’est éteint à l’âge de 84 ans. Avant l’hommage national qui lui sera rendu, mardi, aux Invalides, retour sur le parcours d’un militant du socialisme et de l’éducation populaire.

Nommé Premier ministre après la victoire de François Mitterrand en 1981, Pierre Mauroy fut le premier des socialistes à Matignon sous la Ve République.

Jusqu’en 1984, il dirige trois gouvernements d’Union de la gauche. Parmi les réformes majeures de ces trois années, on retiendra bien sûr, l’abolition de la peine de mort, les lois de décentralisation, la cinquième semaine de congés payés mais aussi les 39 heures et la mise en place de l’impôt sur la fortune

Pierre Mauroy, c’est aussi l’homme du Nord. Maire de Lille de 1973 à 2001, député du Nord (1973-1981, 1986-1992), président du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais (1974-1981), il marquera durablement l’histoire de sa ville et de sa région.

UN PARCOURS MILITANT

Né le 5 juillet 1928 à Cartignies, Pierre Mauroy est l’aîné d’une famille de sept enfants. À 16 ans, il adhère aux Jeunesses socialistes dont il sera secrétaire national de 1955 à 1959.

Diplômé de l’Ecole normale d’apprentissage de Cachan, il sera professeur dans un lycée technique de la banlieue parisienne de 1952-1956.

En 1951, il fonde Léo Lagrange, grande fédération d’éducation populaire.

Dix ans plus tard, il devient premier secrétaire de la fédération socialiste du Nord et accède en 1963 aux responsabilités nationales au sein de la SFIO.

Pierre Mauroy accompagnera François Mitterrand dans son entreprise de reconstruction du PS lors du congrès d’Epinay en 1971. Après son passage à Matignon, il reprend une place de premier plan en 1988 en devenant Premier secrétaire du PS jusqu’en 1992, avant d’être élu à la tête de l’internationale socialiste de 1992 à 1999.

L’HOMMAGE NATIONAL ET L’HOMMAGE DE SA VILLE

Lundi 10 juin est prévu un hommage national aux Invalides, par le Président de la République et Jean-Marc Ayrault. Après quoi le corps reviendra à Lille où le cercueil sera présenté pour que les Lillois puissent lui rendre un dernier hommage. Un hommage républicain lui sera également rendu pendant la semaine avant les obsèques qui devraient avoir lieu à la cathédrale. Par ailleurs la mairie de Lille restera ouverte tout au long de ce weekend et des livres d’or seront à disposition des Lillois dans les mairies de quartier.

En 1989, Pierre MAUROY était venu à Méru, lors de l’inauguration du Plan de rénovation du Quartier de la Nacre. Photo ci-dessous, au coté de Guy VADEPIED, alors Maire socialiste de notre Ville.

mauroy,méru89r

 

Les chiffres qui parlent aux Français

Actualités, nationales, société Pas de commentaires »

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy s’est distingué par l’endettement le plus fort que la France n’ait jamais connu. Il représente près de 87% du PIB aujourd’hui!

La dette de la France a bel et bien augmenté de près de 600 milliards sous le mandat de Sarkozy, avec une moyenne de 117 mds de hausse annuelle sur 5 ans.

Pour comprendre l’augmentation de la dette en valeur selon les présidents, on prendra objectivement, des données  extraites de la base de données du FMI, avec une approximation linéaire pour prendre en compte le fait qu’un président est élu en mai et non pas au début de l’année (même si cela ne change pas grand chose à notre raisonnement).

L’augmentation en valeur est ici indiquée par année, afin de pouvoir comparer sans biais des présidents ayant été élus pour 7 ans et ceux ayant fait un mandat de 5 ans.

Tous les pays du monde recourent à la dette pour investir, tout on se gardant de ne pas mettre leur santé financière en danger.

On constatera avec le graphique ci-dessous, qu’avec  les présidents  de  gauche la dette ne dépassait pas le seuil critique des 30% du PIB (échelle de droite sur le graphique). Comme pour un ménage qui ne doit pas dépasser 33% de ses revenus en termes d’endettement, pour continuer à vivre décemment.

Avec la droite, on remarquera que le seuil d’endettement a été largement dépassé.  On passe de 30% du PIB à 87% du PIB  entre 1995 à 2012, avec une augmentation fulgurante sous  le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Cette augmentation de la dette a fragilisé sérieusement la santé financière de notre pays.

Avec cet héritage catastrophique de la gestion de la droite et en particulier du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le président de la république François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault,  intervient  pour répondre à l’urgence et préparer l’avenir,  redonner à la France la place qu’elle avait au sein de  l’Europe et dans le monde, restituer le pouvoir d’achat aux français, relancer la croissance et réaliser  une consolidation budgétaire dans la justice.

Malgré la lourdeur de la tache et en à peine deux  mois de son installation, voilà quelques chiffres de l’action gouvernementale :

  • 50/50: équilibre femmes/hommes
  • 30 % : baisse du salaire du président de la République, du Premier ministre et des ministres
  • 450 000 € : salaire brut annuel maximum pour les dirigeants d’entreprises publiques
  • 60 ans: âge d’ouverture des droits à la retraite pour ceux ayant commencé à travailler avant 20 ans
  • 2 % : revalorisation du SMIC (cela représente 130 euros pour un salarié au second semestre 2012)
  • 10,6 Mds €: restitution de pouvoir d’achat aux Français par l’annulation de la hausse de 1,8 point de TVA dite “sociale”
  • 2 % : limitation, au mois de juillet, de la hausse du prix du gaz, de l’électricité, des TER
  • 70 € : effet de l’augmentation de 25 % de l’Allocation de rentrée scolaire pour un enfant
  • 1 000 : professeurs des écoles supplémentaires pour la rentrée 2012
  • 7 000 € : nouveau bonus maximal pour l’achat d’un véhicule électrique
  • 80 000 : contrats aidés supplémentaires pour le second semestre 2012
  • 4,5 % : l’objectif de déficit public en 2012 sera tenu grâce à la maîtrise des dépenses et des recettes supplémentaires fondées sur les principes de justice et d’efficacité
  • 120 Mds € : montant de l’effort européen en faveur du pacte pour la croissance et l’emploi.

Mostapha MAAZOUZI

 

Dire enfin stop aux dépassements d’honoraires

Actualités, nationales, société Pas de commentaires »

Le Ministère de la Santé a diffusé en juillet un communiqué qui souligne l’urgence à agir pour mettre fin aux dépassements d’honoraires abusifs. Ces derniers entre 1990 et 2010 ont plus que doublé, passant  ainsi de 900 millions d’euros à 2,5 milliards d’euros.

La part des médecins spécialistes installés en tarif à honoraires libres est passée de 37% à 42% entre 2000 et 2011. Concernant le montant des dépassements, il est passé de 25% du tarif sécu en 1990 à 56% en 2011. La plupart des praticiens exerçant en secteur 2  sont concernés, c’est-à-dire moins de 10% des médecins généralistes et plus de 40% des spécialistes. En tout, 1 médecin sur 4 pratique des dépassements d’honoraires. 

Derrière ces chiffres qui montrent une augmentation abusive du prix des soins, l’accroissement des dépassements d’honoraires prive les patients d’un service de santé égalitaire. En effet, les dépassements d’honoraires entravent les possibilités d’accès  aux soins  y compris pour ceux qui peuvent quand même se soigner, ce sont leurs taux de remboursement par les mutuelles qui ne couvrent pas tout.  La dérive des dépassements d’honoraires par les médecins aggrave le creusement du trou de la sécurité sociale et la hausse du prix des mutuelles qui pour couvrir la hausse du prix des soins, augmentent les cotisations.

Question prioritaire du président de la République durant sa campagne, l’égal accès à la santé à travers le problème des dépassements d’honoraires fait l’objet de discussions depuis le mois dernier entre l’assurance maladie, les syndicats de médecins et les complémentaires.

La Ministre de la Santé, Marisol Touraine souhaite être ferme. Il faut mettre fin aux dépassements d’honoraires abusifs de certains médecins. La participation financière des usagers au système de soins ne doit pas se faire au prix d’un renoncement aux objectifs de solidarité, de partage des risques et d’égalité dans l’accès aux soins. La lutte contre la marchandisation de la santé passe par là, le médecin n’a pas affaire à des clients mais à des patients.

Par ailleurs, force est de constater que les barèmes de la Sécurité sociale n’ont pas assez suivi l’évolution du coût de la médecine. La question devra être prise en compte dans la régulation des dépassements d’honoraires des médecins sans que là encore se soit le patient qui paie par une hausse des tarifs des complémentaires santé.

Les solutions qui seront prises doivent permettre de maintenir une prise en charge collective qui permette à tous de se soigner quel que soit leur revenu.

Si les négociations échouent,   ce sera à travers la contrainte législative, et vite qu’il faudra agir, en prenant  des mesures dans le cadre du Budget 2013 de la Sécurité sociale prévu à l’automne.

Il serait réducteur de dire que les dépassements d’honoraires sont la seule cause du problème de  l’accès aux soins car en dehors des grandes villes, ils sont moins systématiques ou moins élevés. La désertification médicale est  une autre explication. En la matière, le constat est inquiétant et les inégalités abyssales.  Notre territoire la Picardie, compte la plus faible densité médicale française, avec 238 médecins pour 100 000 habitants, quand à Paris on enregistre 742 médecins pour 100 000 habitants. Le Conseil National de l’Ordre des Médecins a déjà commencé à proposer des mesures contraignantes pour mieux répartir les médecins sur le territoire. L’accès aux soins est un défi urgent.

Anaïs Gallier

 

 

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD