Les chiffres qui parlent aux Français

Actualités, nationales, société Ajouter un commentaire

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy s’est distingué par l’endettement le plus fort que la France n’ait jamais connu. Il représente près de 87% du PIB aujourd’hui!

La dette de la France a bel et bien augmenté de près de 600 milliards sous le mandat de Sarkozy, avec une moyenne de 117 mds de hausse annuelle sur 5 ans.

Pour comprendre l’augmentation de la dette en valeur selon les présidents, on prendra objectivement, des données  extraites de la base de données du FMI, avec une approximation linéaire pour prendre en compte le fait qu’un président est élu en mai et non pas au début de l’année (même si cela ne change pas grand chose à notre raisonnement).

L’augmentation en valeur est ici indiquée par année, afin de pouvoir comparer sans biais des présidents ayant été élus pour 7 ans et ceux ayant fait un mandat de 5 ans.

Tous les pays du monde recourent à la dette pour investir, tout on se gardant de ne pas mettre leur santé financière en danger.

On constatera avec le graphique ci-dessous, qu’avec  les présidents  de  gauche la dette ne dépassait pas le seuil critique des 30% du PIB (échelle de droite sur le graphique). Comme pour un ménage qui ne doit pas dépasser 33% de ses revenus en termes d’endettement, pour continuer à vivre décemment.

Avec la droite, on remarquera que le seuil d’endettement a été largement dépassé.  On passe de 30% du PIB à 87% du PIB  entre 1995 à 2012, avec une augmentation fulgurante sous  le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Cette augmentation de la dette a fragilisé sérieusement la santé financière de notre pays.

Avec cet héritage catastrophique de la gestion de la droite et en particulier du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le président de la république François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault,  intervient  pour répondre à l’urgence et préparer l’avenir,  redonner à la France la place qu’elle avait au sein de  l’Europe et dans le monde, restituer le pouvoir d’achat aux français, relancer la croissance et réaliser  une consolidation budgétaire dans la justice.

Malgré la lourdeur de la tache et en à peine deux  mois de son installation, voilà quelques chiffres de l’action gouvernementale :

  • 50/50: équilibre femmes/hommes
  • 30 % : baisse du salaire du président de la République, du Premier ministre et des ministres
  • 450 000 € : salaire brut annuel maximum pour les dirigeants d’entreprises publiques
  • 60 ans: âge d’ouverture des droits à la retraite pour ceux ayant commencé à travailler avant 20 ans
  • 2 % : revalorisation du SMIC (cela représente 130 euros pour un salarié au second semestre 2012)
  • 10,6 Mds €: restitution de pouvoir d’achat aux Français par l’annulation de la hausse de 1,8 point de TVA dite “sociale”
  • 2 % : limitation, au mois de juillet, de la hausse du prix du gaz, de l’électricité, des TER
  • 70 € : effet de l’augmentation de 25 % de l’Allocation de rentrée scolaire pour un enfant
  • 1 000 : professeurs des écoles supplémentaires pour la rentrée 2012
  • 7 000 € : nouveau bonus maximal pour l’achat d’un véhicule électrique
  • 80 000 : contrats aidés supplémentaires pour le second semestre 2012
  • 4,5 % : l’objectif de déficit public en 2012 sera tenu grâce à la maîtrise des dépenses et des recettes supplémentaires fondées sur les principes de justice et d’efficacité
  • 120 Mds € : montant de l’effort européen en faveur du pacte pour la croissance et l’emploi.

Mostapha MAAZOUZI

 

Laissez une réponse

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD