Dire enfin stop aux dépassements d’honoraires

Actualités, nationales, société Ajouter un commentaire

Le Ministère de la Santé a diffusé en juillet un communiqué qui souligne l’urgence à agir pour mettre fin aux dépassements d’honoraires abusifs. Ces derniers entre 1990 et 2010 ont plus que doublé, passant  ainsi de 900 millions d’euros à 2,5 milliards d’euros.

La part des médecins spécialistes installés en tarif à honoraires libres est passée de 37% à 42% entre 2000 et 2011. Concernant le montant des dépassements, il est passé de 25% du tarif sécu en 1990 à 56% en 2011. La plupart des praticiens exerçant en secteur 2  sont concernés, c’est-à-dire moins de 10% des médecins généralistes et plus de 40% des spécialistes. En tout, 1 médecin sur 4 pratique des dépassements d’honoraires. 

Derrière ces chiffres qui montrent une augmentation abusive du prix des soins, l’accroissement des dépassements d’honoraires prive les patients d’un service de santé égalitaire. En effet, les dépassements d’honoraires entravent les possibilités d’accès  aux soins  y compris pour ceux qui peuvent quand même se soigner, ce sont leurs taux de remboursement par les mutuelles qui ne couvrent pas tout.  La dérive des dépassements d’honoraires par les médecins aggrave le creusement du trou de la sécurité sociale et la hausse du prix des mutuelles qui pour couvrir la hausse du prix des soins, augmentent les cotisations.

Question prioritaire du président de la République durant sa campagne, l’égal accès à la santé à travers le problème des dépassements d’honoraires fait l’objet de discussions depuis le mois dernier entre l’assurance maladie, les syndicats de médecins et les complémentaires.

La Ministre de la Santé, Marisol Touraine souhaite être ferme. Il faut mettre fin aux dépassements d’honoraires abusifs de certains médecins. La participation financière des usagers au système de soins ne doit pas se faire au prix d’un renoncement aux objectifs de solidarité, de partage des risques et d’égalité dans l’accès aux soins. La lutte contre la marchandisation de la santé passe par là, le médecin n’a pas affaire à des clients mais à des patients.

Par ailleurs, force est de constater que les barèmes de la Sécurité sociale n’ont pas assez suivi l’évolution du coût de la médecine. La question devra être prise en compte dans la régulation des dépassements d’honoraires des médecins sans que là encore se soit le patient qui paie par une hausse des tarifs des complémentaires santé.

Les solutions qui seront prises doivent permettre de maintenir une prise en charge collective qui permette à tous de se soigner quel que soit leur revenu.

Si les négociations échouent,   ce sera à travers la contrainte législative, et vite qu’il faudra agir, en prenant  des mesures dans le cadre du Budget 2013 de la Sécurité sociale prévu à l’automne.

Il serait réducteur de dire que les dépassements d’honoraires sont la seule cause du problème de  l’accès aux soins car en dehors des grandes villes, ils sont moins systématiques ou moins élevés. La désertification médicale est  une autre explication. En la matière, le constat est inquiétant et les inégalités abyssales.  Notre territoire la Picardie, compte la plus faible densité médicale française, avec 238 médecins pour 100 000 habitants, quand à Paris on enregistre 742 médecins pour 100 000 habitants. Le Conseil National de l’Ordre des Médecins a déjà commencé à proposer des mesures contraignantes pour mieux répartir les médecins sur le territoire. L’accès aux soins est un défi urgent.

Anaïs Gallier

 

 

Laissez une réponse

Copyright Méru Ensemble : Tous droits réservés
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion

Featuring Recent Posts Wordpress Widget development by YD